•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C.-B. : l'obligation du vaccin antigrippal pour les employés de la santé est maintenue

Asma Nur a 19 ans. Elle est au secondaire et espère devenir infirmière. Elle fait du bénévolat auprès des enfants du Boys & Girls Club de McCauley, à Edmonton, afin d'acquérir des aptitudes professionnelles qui, elle l'espère, lui serviront dans sa future carrière.

Radio-Canada

Un arbitre de Colombie-Britannique a validé une politique provinciale qui oblige les travailleurs de la santé à se faire vacciner contre la grippe ou à porter un masque durant la saison grippale.

En annonçant sa politique en août 2012, la Colombie-Britannique est devenue la première province au pays à imposer la vaccination contre la grippe dans le secteur de la santé. En décembre suivant, sous le tollé des travailleurs, il a accepté d'encourager plutôt qu'imposer le vaccin pendant la première année de la politique.

La politique gouvernementale représente un exercice valide des droits de gestion d'un employeur, selon l'arbitre Robert Diebolt. Celui-ci a ainsi rejeté le grief déposé par l'Association des sciences de la santé de Colombie-Britannique, qui représente 16 000 travailleurs.

L'arbitre a estimé qu'étant donné la gravité de l'influenza, un programme qui augmente le taux d'immunité est raisonnable. Il est aussi persuadé qu'il existe un lien rationnel entre la politique provinciale et la sécurité des patients.

« On va demander à nos membres de s'y conformer », a déclaré Val Avery, la présidente de l'Association des sciences de la santé de la Colombie-Britannique, le syndicat qui représente près de 16 000 employés du domaine de la santé dans la province.

Les travailleurs de la santé qui refusent le vaccin ou de porter un masque s'exposeront à des sanctions qui pourraient aller jusqu'au congédiement.

« Nous pensons que ce ne sera qu'une petite minorité des gens », a déclaré le médecin-chef de la province, Perry Kendall.

De plus, a jugé M. Diebolt, la Colombie-Britannique n'est pas la seule à obliger le vaccin pour les travailleurs de la santé, De telles mesures existent dans de nombreux endroits aux États-Unis.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé