•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un réseau de traite de personnes démantelé par la GRC

La caporale Caroline Letang de de l’unité de la traite de personnes à la GRC
Radio-Canada

Un réseau de passages clandestins et de traite de personnes impliquant le crime organisé roumain a été démantelé par la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Un bilan de l'enquête amorcée il y a un an a été présenté mercredi matin, après l'arrestation de Marius Trifu Miclescu, 38 ans, de l'arrondissement de Saint-Léonard, à Montréal.

Miclescu a comparu mercredi au palais de justice. Il fait face à 16 accusations, notamment pour avoir exploité sexuellement quatre jeunes femmes d'origine roumaine dans des salons de massages érotiques de la région de Montréal.

Il a été inculpé notamment sous des chefs de proxénétisme, de traite de personnes et d'usage des produits de la prostitution. Les quatre victimes affirment avoir été contraintes et menacées pour qu'elles demeurent sous l'emprise du réseau.

La Couronne s'est opposée à la libération de Marius Triflu Miclescu. Son enquête sur remise en liberté aura lieu vendredi.

Au total, la GRC a arrêté huit personnes depuis juillet dernier, toutes reliées au crime organisé roumain. Ces personnes faisaient entrer illégalement au Canada des familles roumaines, en provenance des États-Unis.

En lien avec Miclescu, trois hommes de Toronto ont déjà été accusés pour avoir fait entrer illégalement des ressortissants roumains au Canada. Il s'agit de Mirabela Dumitru, 31 ans, Lilian Ursoi, 23 ans, et Serafin Cirnaru, 39 ans, qui doit quant à lui comparaître de nouveau en cour le 4 novembre.

La GRC a aussi lancé un mandat d'arrestation afin de retrouver Valentin Dumitru, 54 ans, qui résidait dans Saint-Léonard.

Avec des informations de Marc Verreault

Avec les informations de La Presse canadienne

Justice

Société