•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a 20 ans, la première garderie à Notre-Dame-de-Lourdes

Des enfants de la garderie Arc-en-ciel à Notre-Dame-de-Lourdes, au Manitoba, en septembre 2013.

Il y a 20 ans, une des composantes de la Société franco-manitobaine, le Réseau communautaire, aidait à la création de la garderie l'Arc-en-ciel à Notre-Dame-de-Lourdes. Le reportage de Catherine Dulude.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il y a 20 ans, le Réseau communautaire voyait le jour, aidant de nombreuses localités à mettre des projets sur pied, dont la toute première garderie à Notre-Dame-de-Lourdes.

« Ça a débuté la première année du réseau », explique la gestionnaire de l'organisme, Diane Bazin. « C'est là qu'on a eu des rencontres locales et la rencontre ici à Notre-Dame a identifié une garderie comme étant une priorité pour la communauté. »

Mme Bazin a toutefois dû faire face à l'hostilité.

« Ça n'a pas été identifié nécessairement comme une priorité pour notre région par certains de nos politiciens. Et on nous a dit, dans les coulisses, que c'était vu comme un projet de femmes. »

— Une citation de  Diane Bazin, gestionnaire du Réseau communautaire
La garderie Arc-en-ciel à Notre-Dame-de-Lourdes, au Manitoba, en septembre 2013.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La garderie Arc-en-ciel à Notre-Dame-de-Lourdes, au Manitoba, en septembre 2013.

Photo : Radio-Canada

Le projet a été construit dans une maison, raconte la directrice de la garderie, Joelle Desrochers. « Ils pensaient vraiment que ce n’était pas un projet qui allait flotter, alors pour être capable de revendre la bâtisse, ça serait plus facile de le faire si ça paraissait comme une maison », expose-t-elle.

Après de nombreux agrandissements, un nouveau projet de construction est en cours. « Là on est rendu qu'on n’a pas d'autres places à aller. On est aussi plein qu'on peut l'être, et on n’a aucune option d'agrandir », fait valoir Mme Desrochers. « Alors la prochaine étape c'est de bâtir à neuf, une autre fois! »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !