•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Don Iveson, nouveau maire d'Edmonton

Don Iveson

Don Iveson

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Edmontoniens ont choisi l'ex-conseiller municipal Don Iveson pour succéder à Stephen Mandel au terme des élections municipales de lundi soir.

M. Iveson, 34 ans, l'a emporté avec une large marge devant les deux autres favoris, les conseillers municipaux sortants Karen Leibovici et Kerry Diotte.

L'homme, qui siège lui aussi au conseil depuis 2007, a fait campagne sur le thème de l'image d'Edmonton. Il a promis de faire de la capitale albertaine un centre d'innovation et pas seulement une ville associée à l'exploitation des sables bitumineux.

Le nouveau maire compte miser sur ce qu'il a appris en six ans pour donner aux Edmontoniens la ville qu'ils méritent.

Don Iveson ne s'inquiète pas par ailleurs de l'endettement d'Edmonton qui se chiffre à près de trois milliards de dollars. Il croit que la ville doit trouver le moyen de financer l'amélioration de ses infrastructures.

Le nouveau maire est le plus jeune à diriger la capitale albertaine depuis Herbert Charles Wilson qui a été élu à 35 ans en 1906 et n'est resté à son poste que pendant un an.

Un héritier de Stephen Mandel

M. Iveson, mari et père de deux enfants, a été accueilli par une forte ovation par ses partisans en arrivant à son quartier général pour accepter sa victoire.

Prenant son souffle à quelques reprises, il a rendu hommage au maire Mandel qu'il a décrit comme son mentor et un héros pour les Edmontoniens. Selon lui, Mandel a façonné Edmonton en imposant des normes élevées à ses collaborateurs et a frayé le chemin à suivre.

« Il a donné un air assuré à notre ville en imposant des normes élevées à ses collaborateurs », a dit le nouveau maire, ajoutant que les bonnes choses à faire à l'avenir demanderont des sacrifices.

Le nouveau maire gouvernera avec une équipe renouvelée, car la moitié des 12 conseillers sont de nouveaux élus.

Une seule femme, Bev Esslinger, siégera au conseil municipal d'Edmonton, ayant remporté la course dans le quartier numéro 2.

Les nouveaux conseillers municipaux

• Andrew Knack, quartier 1
• Bev Esslinger, quartier 2
• Dave Locken, quartier 3
• Ed Gibbons, quartier 4
• Michael Oshry, quartier 5
• Scott McKeen, quartier 6
• Tony Caterina, quartier 7
• Ben Henderson, quartier 8
• Bryan Anderson, quartier 9
• Michael Walters, quartier 10
• Mike Nickel, quartier 11
• Amarjeet Sohi, quartier 12

Résultats décevants pour Karen Leibovici et Kerry Diotte 

Karen LeiboviciAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Karen Leibovici

Photo : Radio-Canada

M. Leibovici avait fait campagne en campant au centre, en continuation du travail de Stephen Mandel, mais aussi en insistant sur ses 35 ans d'engagement politique, notamment comme députée provinciale et comme conseillère municipale.

Elle avait plaidé pour une gestion équilibrée qui ne sacrifie pas les dépenses municipales pour parachever la construction des infrastructures qu'elle juge nécessaires, comme des bibliothèques et des centres récréatifs.

Mme Leibovici avait également promis de renforcer la voix d'Edmonton pour l'obtention de fonds mis à la disposition des régions par le gouvernement provincial.

L'ex-conseiller municipal et ex-éditorialiste du Sun Kerry Diotte a également raté sa tentative pour devenir maire d'Edmonton.

L'homme de 57 ans avait fait campagne sur la préservation des services de base. Il avait promis de réparer les nids de poule, améliorer le déneigement et rénover les infrastructures.

M. Diotte a dit être préoccupé par ailleurs des trois milliards de dettes de la capitale albertaine. Il refusait d'emprunter davantage et surtout pas pour d'éventuels dépassements de coûts du projet d'amphithéâtre pour les Oilers.

Trois autres candidats briguaient le poste de maire, soit Kristine Acielo, Joshua Semotiuk et Gordon Ward.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !