•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poursuite contre Régis Labeaume : les cols bleus de Québec mettent leur menace à exécution

Le maire sortant Régis Labeaume

Le maire sortant Régis Labeaume

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le bras de fer entre Régis Labeaume et les cols bleus se poursuit. Le Syndicat des employés manuels de la Ville de Québec, auquel se sont joints les membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), ont déposé contre la Ville de Québec et Régis Labeaume des plaintes pour ingérence dans les affaires syndicales et pour négociation de mauvaise foi en vertu du Code du travail du Québec.

La requête a été transmise à la Commission des relations du travail du Québec (CRT) qui a convoqué les parties à une audience le 2 décembre.

Les cols bleus avaient mis en demeure Régis Labeaume de retirer les propos qu'il a tenus à l'endroit des employés municipaux le 15 octobre, ce que le maire sortant a refusé de faire.

Les deux syndicats reprochent à Régis Labeaume de s'en être pris aux syndicats des employés manuels, en affirmant que les contribuables de Québec n'avaient pas à payer pour « engraisser les caisses des syndicats. » Régis Labeaume avait alors affirmé que « les planchers d'emploi servaient les intérêts financiers de la FTQ. »

Eddy Jomphe, conseiller au Syndicat des employés manuels de la Ville de Québec, estime que le maire sortant va trop loin. « Ce qu'on veut, c'est qu'il arrête. Nous autres, on n'a pas de problème qu'il fasse sa campagne électorale, mais qu'il ne la fasse pas sur notre dos », lance-t-il

Le conseiller syndical Eddy JompheAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le conseiller syndical Eddy Jomphe

« Trop c'est trop. À un moment donné, il faut que ça cesse. C'est trop gratuit, facile de se faire du capital politique sur les syndiqués et les employés. Pour nous autres, ça n'a pas de bon sens », ajoute M. Jomphe.

De son côté, Régis Labeaume se dit peu impressionné par la plainte déposée contre lui. « Dans ce qu'ils font, il y a quelque chose de tellement antidémocratique, tellement corporatif, leur geste est tellement corporatif, égoïste et nombriliste. On est dans une élection générale, on vit en démocratie et il faudrait qu'on parle pas des relations de travail ou il faudrait parler exactement comme eux ils voudraient qu'on en parle », déclare le maire sortant.

Le SCFP évalue en ce moment les dommages qu'ont subis les employés municipaux et les syndicats. Eddy Jomphe prévient que des poursuites, pour diffamation cette fois, seront également déposées.

Les détails concernant ces autres poursuites déposées par les syndicats seront connus dans les prochaines semaines.

Rappelons que la convention collective des 1100 cols bleus de Québec est échue depuis le 31 décembre 2010.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !