•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Attikameks d'Obedjiwan font désormais leurs achats en Abitibi

Image tirée du reportage de Maude Montembault sur les Autochtones d'Obedjiwan. En ondes au Téléjournal 22h, 19 nov 2012.
Image tirée du reportage de Maude Montembault sur les Autochtones d'Obedjiwan. En ondes au Téléjournal 22h, 19 nov 2012. Photo: Yoann Denece

De plus en plus de membres de la communauté d'Obedjiwan, située dans la région administrative de la Mauricie, font désormais leurs achats en Abitibi plutôt qu'au Lac-Saint-Jean.

Le chef de bande d'Obedjiwan, Christian Awashish, confirme que de plus en plus de membres de sa communauté se rendent maintenant à Val-d'Or plutôt qu'à Roberval et Saint-Félicien pour y faire leurs achats. 

Il explique qu'une nouvelle route construite par les entreprises forestières en direction de l'Abitibi est nettement meilleure, même si elle n'est pas reconnue et financée par le gouvernement du Québec.

Le trajet est de 3 heures 15 minutes dans les deux cas et l'offre commerciale est plus élevée à Val-d'Or, explique Christian Awahish.

La comparaison de ce que possède Val-d'Or comme marché versus Roberval, ce n’est pas la même chose.  Il y a un Walmart et d'autres principaux magasins et les gens sont attirés par ça

Le chef de bande d'Obedjiwan, Christian Awashish

La communauté d'affaires du Lac-Saint-Jean se mobilise pour contrer cette situation. La communauté d'Obedjiwan, composée de 2 500 habitants, engendre des retombées économiques d'une dizaine de millions de dollars annuellement dans l'économie locale.

Par contre, le chef attikamek croit qu'il faudra investir de fortes sommes pour que la communauté choisisse toujours le Lac-Saint-Jean comme destination. 

165 kilomètres en gravier. Il y a certaines zones que c'est vraiment dangereux.  On a eu notre épisode annuel de décès sur cette route-là.  Il faut vraiment refaire de A à Z. C'est un projet qui nécessiterait des investissements de plus de 100 millions. On souhaiterait se faire asphalter, bien sûr. 

Le chef de bande d'Obedjiwan, Christian Awashish

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones