•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Appel 911 à Manor : qui paiera la note ?

Chargement de l’image

Danielle Duperré, de Manor en Saskatchewan, est peu satisfaite de la réponse du conseil du village aux insultes vulgaires et anti-francophones que lui a proférées le chef des pompiers volontaires.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Francophone Danielle Duperré, qui a été invectivée par le chef des pompiers volontaires après avoir appelé le 911, à Manor, dans le sud-est de la Saskatchewan, pourrait devoir payer le coût de son déplacement, si la municipalité choisissait de lui refiler la note.

L'homme avait crié des insultes grossières et antifrancophones à Danielle Duperré après qu'elle eut appelé le service d'urgence et qu'il eut jugé cet appel inutile. Mme Duperré s'inquiétait de la taille du feu de camp qui brûlait dans la cour de son voisin.

« Vous savez quoi? Vous devriez retourner à Montréal, où vous devriez être! », peut-on notamment entendre dire, en anglais, le chef des pompiers, dans la conversation que Mme Duperré a enregistrée avec son cellulaire.

Durant l'enregistrement, le pompier dit plusieurs fois à Danielle Duperré qu'elle devra payer pour son déplacement.

Une pratique courante

Selon le commissaire à la gestion des urgences de la province, Duane McKay, la pratique de faire payer pour les déplacements des pompiers est répandue dans les milieux ruraux.

Il explique que dans les villes, les taxes des citoyens couvrent tous les frais de services d'incendie, ce qui n'est pas le cas dans les petites municipalités, où les résidents contribuent financièrement au service.

Le commissaire recommande aux citoyens de bien s'informer et de contracter une assurance qui couvre le déplacement des pompiers.

Manor a présenté ses excuses

Des appels ont été faits en vain, jeudi, par Radio-Canada auprès du conseil du village de Manor pour savoir s'il allait ou non remettre la facture à madame Duperré.

Le conseil a par ailleurs déjà présenté une lettre d'excuse à Danielle Duperré et indiqué que le chef des pompiers allait être réprimandé.

Formation en relations publiques

Danielle Duperré a par ailleurs fait une demande auprès de la municipalité afin que les pompiers suivent une formation pour apprendre à s'adresser au public.

Le président de l'Association des pompiers volontaires de la Saskatchewan, Doug Lapchuk, soutient que cette question n'est pas automatiquement incluse dans la formation actuelle.

Il dit aussi que, même lorsqu'elle est offerte, cette partie de la formation n'est pas toujours suivie par les pompiers, car ils sont bénévoles et ont peu de temps à consacrer à leur apprentissage.

Doug Lapchuk affirme également que le pompier en question ne sera probablement pas congédié, ce que demande madame Duperré, car il y a une pénurie de pompiers volontaires dans les petites communautés.

Plainte à la GRC

Il a été impossible pour madame Duperré de porter plainte auprès de la Gendarmerie Royale du Canada (GRC).

La GRC lui a dit qu'il ne s'agissait pas d'un incident de nature criminelle.

La porte-parole, Natalie Gray, a indiqué que le corps policier refuse de commenter l'incident.

Elle explique toutefois que pour porter des accusations, les propos énoncés doivent contenir des menaces physiques, comme celle de meurtre, ou doivent être prononcés dans un lieu public, ce qui pourrait entraîner des accusations de troubler l'ordre public.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !