•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boileau dénonce l'abolition de la Bourse pour étudier en français

François Boileau

François Boileau

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans un nouveau rapport publié mercredi, le commissaire aux services en français de l'Ontario décrie le peu d'incitatifs à la poursuite d'études postsecondaires en français dans la province.

François Boileau juge essentiel que le gouvernement ontarien crée une nouvelle façon d'intéresser les jeunes francophones à poursuivre des études supérieures dans leur langue pour compenser la disparition de la Bourse pour étudier en français.

Le commissaire souligne que le gouvernement a bien agi en étendant l'admissibilité des subventions pour étudiants des régions éloignées aux francophones et francophiles.

François Boileau juge toutefois cette mesure insuffisante pour contrer l'inégalité qui subsiste entre l'offre de programmes d'études en français et ceux offerts en anglais.

« Le gouvernement a été à l'encontre du principe de l'offre active des services en français en abolissant la Bourse pour étudier en français sans prévoir initialement d'autres mesures spécifiques pour rapprocher les francophones et les francophiles d'une véritable égalité des chances », conclut le commissaire aux services en français.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario