•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Impasse budgétaire : Obama rencontre des démocrates

Le Congrès américain est le théâtre d'intenses négociations entre républicains et démocrates.

Le Congrès américain est le théâtre d'intenses négociations entre républicains et démocrates.

Photo : AFP / WIN MCNAMEE

Radio-Canada

Le président américain Barack Obama rencontre des démocrates de la Chambre des représentants mercredi après-midi à la Maison-Blanche au moment où la paralysie partielle continue de toucher l'État fédéral pour une neuvième journée.

La réunion est prévue pour 16 h 30. La Maison-Blanche précise que d'autres rencontres se dérouleront au cours des prochains jours entre le président Obama et des élus républicains, ainsi que des sénateurs.

Les républicains et les démocrates ne parviennent pas à s'entendre sur le budget de l'État; les services fédéraux sont paralysés depuis le début du mois. Un désaccord persiste aussi quant au relèvement du plafond de la dette, actuellement de 16 700 milliards de dollars, ce qui pourrait se traduire prochainement par un défaut de paiement de Washington.

Majoritaires à la Chambre des représentants, les républicains réclament des concessions sur la réforme de la santé de Barack Obama, l'« Obamacare », avant de financer de nouveau les services fédéraux, ainsi que des réductions de dépenses. De son côté, le président Obama réclame d'abord la reprise des services fédéraux et une hausse du plafond de la dette avant d'entreprendre des discussions sur le budget 2014.

Mercredi, le président Obama a évoqué le risque d'une profonde récession si le plafond de la dette n'était pas relevé avant le 17 octobre. En guise de réplique, le président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, a déclaré qu'il avait eu le matin même une conversation « plaisante » avec le président Obama, mais qu'il était déçu, affirmant que ce dernier avait refusé de négocier pour dénouer l'impasse budgétaire et pour relever le plafond de la dette.

D'ailleurs, les milieux d'affaires, qui avaient dans un premier temps minimisé l'impact de cette paralysie, en constatent désormais les effets. Certains marchés enregistraient de modestes gains mercredi en milieu de séance, essentiellement encouragés par la nomination de Janet Yellen comme présidente de la Fed, cette dernière étant réputée favorable à une politique monétaire accommodante. 

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Économie