•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des lobbyistes intéressés au projet de loi contre le tabac aromatisé

Cigarettes aromatisées

Cigarettes aromatisées

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les grands fabricants de tabac ont commencé à recruter leurs lobbyistes alors que le gouvernement de l'Alberta se prépare à déposer un projet de loi pour limiter l'accès des jeunes au tabac aromatisé.

Le bureau du registraire de lobbyistes a déjà accrédité au moins sept personnes qui tenteront de défendre le point de vue de l'industrie.

Tom Burns, directeur du bureau du ministre provincial de la Santé de 1989 à 1991 et Jim Dau, directeur des communications de l'ex-premier ministre Ralph Klein, font partie des figures connues parmi ces lobbyistes.

Cette situation inquiète la Société canadienne du cancer qui recommande aux provinces d'adopter des lois pour empêcher la prolifération des cigarettes aromatisées.

« Nous savons que l'industrie du tabac adopte toutes sortes de tactiques pour prolonger les débats et faire capoter les projets de loi », dit la porte-parole Angeline Webb.

La présence de lobbyistes n'est pas une surprise pour le gouvernement, affirme de son côté Naela Barton, attachée de presse de la première ministre Alison Redford.

« Le fait qu'ils sont en train de se faire enregistrer dans ce système ne veut pas dire qu'ils auront un accès privilégié au gouvernement. D'habitude quand on est en train de considérer un projet de loi, on fait des réunions avec un grand nombre de personnes qui représentent plusieurs intérêts, plusieurs perspectives au sujet de ce projet de loi », explique Mme Barton.

Cette semaine, l'Université de Waterloo a publié des données nationales qui sonnent l'alarme sur l'attrait du tabac aromatisé aux fruits et aux bonbons auprès des élèves de l'Ouest canadien.

En Alberta, 56 % de jeunes de la 9e à la 12e année qui ont consommé du tabac au cours des 30 jours précédant l'enquête ont admis avoir eu recours à un produit aromatisé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !