•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-policier Roberge vendait de l'information à un haut placé des Hells

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Benoit Roberge

Benoit Roberge

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est la consternation dans les milieux policiers et judiciaires : l'ancien sergent-détective spécialisé dans la lutte contre les motards Benoit Roberge, qui a été arrêté ce week-end, aurait vendu des informations à un des Hells Angels les plus influents du groupe criminel. Il s'agit de René Charlebois, qui s'est évadé de prison à la mi-septembre. Coincé par les policiers, il s'est enlevé la vie douze jours plus tard.

Benoit Roberge, nouvellement retraité du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), était d'ailleurs en compagnie d'un membre des Hells au moment de son arrestation, samedi soir.

L'ex-policier a comparu au palais de justice de Montréal, lundi, pour répondre à quatre chefs d'accusation, dont deux de gangstérisme, un d'entrave à la justice et un autre d'abus de confiance. Les faits qui lui sont reprochés sont survenus entre le 1er janvier 2010 et le 6 octobre 2013.

Sa conjointe procureure au Bureau de lutte au crime organisé

Autre fait troublant : la conjointe de M. Roberge est procureure de la Couronne au Bureau de lutte contre le crime organisé. Elle est à l'extérieur du pays, mais doit rentrer de toute urgence étant donné la situation.

L'accusé restera détenu au moins jusqu'à jeudi, puisque la Couronne s'oppose à sa remise en liberté. Un juge décidera plus tard cette semaine s'il peut reprendre sa liberté en attendant son procès. 

Benoit Roberge faisait l'objet d'une enquête interne depuis déjà quelques mois, menée par la SQ, en collaboration avec le SPVM, la Gendarmerie royale du Canada et Revenu Québec.

Il faisait partie de l'escouade régionale mixte de Montréal (ERM Montréal) spécialisée dans la lutte contre le crime organisé. Il a témoigné dans plusieurs procès, réunissant tant des Rock Machine que des Hells Angels. Il a contribué à mettre René Charlebois derrière les barreaux au début des années 2000. 

M. Roberge venait de prendre sa retraite du SPVM et travaillait à Revenu Québec depuis mars dernier comme chef du Service de renseignement

L'arrestation de l'ancien enquêteur spécialisé pourrait avoir un impact sur des procès en cours, notamment le mégaprocès découlant de l'Opération SharQc dans lequel il aurait été appelé à témoigner.

Relevé de ses fonctions à Revenu Québec

Revenu Québec n'a pas tardé à réagir, annonçant que Benoît Roberge avait été « relevé provisoirement de ses fonctions à la suite de son arrestation et de sa mise en accusation ».

Au niveau de Revenu Québec, il pouvait sûrement être en possession d'informations intéressantes et monnayables. Vous savez, le savoir, c'est souvent le pouvoir, en ce sens que M. Roberge pouvait évaluer le volet monnayable d'une information qu'il détenait. [...] S'il avait décidé d'en profiter, c'est une grave erreur de sa part et il sera jugé pour ça.

Robert Poëti porte-parole libéral en matière de sécurité publique

Avec les informations d'Isabelle Richer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !