•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une application mobile pour lutter contre la violence sexuelle sur les campus d'Ottawa

L'Université Carleton d'Ottawa.

L'Université Carleton d'Ottawa.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un organisme communautaire d'Ottawa souhaite sensibiliser les étudiants de la capitale nationale à reconnaître les incidents violents basés sur le sexe et leur apprendre comment réagir.

Pour ce faire, la Coalition d'Ottawa contre la violence faite aux femmes (COCVFF) mise sur la technologie.

L'organisme, en collaboration avec le Centre d'aide aux victimes de viol d'Ottawa, a développé une application mobile gratuite baptisée RISE, pour « Réagir, Intervenir, Soutenir et Éduquer ».

L'outil, disponible en anglais et en français, présente différents scénarios qui peuvent se présenter sur un campus ou dans la communauté. Il propose aussi des conseils sur la façon de réagir, dont une liste d'organismes à qui s'adresser.

Des représentants ont commencé, lundi, à faire la tournée des campus du Collège Algonquin, de la Cité collégiale, de l'Université Carleton et de l'Université d'Ottawa pour présenter l'application aux étudiants, particulièrement aux jeunes femmes.

Le moment est propice pour lancer ce message.

C'est au début de l'année scolaire que l'on constate le plus grand nombre d'incidents de violence sexuelle sur les campus des collèges et des universités.

Une citation de :Erin Leigh, directrice générale de la COCVFF (communiqué)

De son côté, la Cité collégiale estime que l'application est « un excellent outil pour assurer la mobilisation de tous [...] de manière à devenir plus vigilants pour assurer la sécurité des autres contre les agressions sexuelles ».

Pendant un an, la Coalition d'Ottawa contre la violence faite aux femmes a recueilli les idées des jeunes afin que l'application tienne compte de leurs expériences et de leurs préoccupations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !