•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Action Gatineau veut imposer une « obligation de résultats » pour le futur Rapibus

Le chef d'Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, répond aux questions des journalistes.

Le chef d'Action Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, répond aux questions des journalistes.

Photo : Lorian Bélanger

Radio-Canada

Le parti municipal Action Gatineau veut s'assurer que le futur corridor réservé aux autobus desserve les usagers selon les résultats attendus. Pour ce faire, le chef Maxime Pedneaud-Jobin propose, lundi, d'assumer la présidence de la Société des transports de l'Outaouais (STO) pendant les six premiers mois de son mandat, s'il est élu le 3 novembre.

Devant l'ampleur du Rapibus, M. Pedneaud-Jobin estime « incontournable que le maire s'en mêle ». « On a dépensé 255 millions pour ce projet-là. On n'a pas de marge de manoeuvre. Il faut que ce soit un succès », soutient-il.

Jusqu'à présent, le conseil municipal de Gatineau nomme un des conseillers à la tête de la STO.

Tout en répétant l'importance de laisser la chance au coureur, lors de la mise en service du Rapibus le 19 octobre, M. Pedneaud-Jobin croit qu'il est essentiel d'agir rapidement pour en assurer le succès.

S'il y a moins de gens dans l'autobus qu'avant, il va falloir agir très vite.

Maxime Pedneaud-Jobin, chef d'Action Gatineau

Action Gatineau mise également sur un meilleur arrimage avec le réseau de transport en commun d'Ottawa.

Pour ce qui est de desservir les résidents dans l'ouest de Gatineau, le parti veut d'abord analyser le potentiel d'un éventuel tramway dans le secteur d'Aylmer.

« Le Rapibus, ça reste une technologie de transition. D'ici un certain nombre de décennies, on va aller vers le rail. Mais à Aylmer, on se demande si on ne peut pas y aller tout de suite », précise Maxime Pedneaud-Jobin.

Enfin, Action Gatineau compte réviser les dépenses et les services de la STO, afin de s'assurer que « chaque dollar est bien investi ». « La STO, avec un budget de 100 millions, ne doit pas échapper à cet exercice-là. C'est important de le faire et le vérificateur nous dit que c'est important », souligne M. Pedneaud-Jobin.

Ottawa-Gatineau

Affaires municipales