•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kenneth Estabrooks pourrait être le pire agresseur en série de l'histoire canadienne

Le reportage de Marilyn Marceau

Selon la firme de détectives privés embauché par la Ville de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, l'ancien policier municipal Kenneth Estabrooks aurait agressé sexuellement 263 personnes.

Selon la firme de détectives privés embauché par la Ville de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, l'ancien policier municipal Kenneth Estabrooks aurait agressé sexuellement 263 personnes.

En faisant une mise à jour sur ses recherches, lundi, l'enquêteur David Perry a indiqué que ces jeunes, âgés de 6 à 19 ans à l'époque, ont pu être exposés à l'ancien agent Kenneth Estabrooks ou être agressés par lui.

Les enquêteurs privés ont recueilli les témoignages de 92 présumées victimes ou de leurs proches et continuent de retracer les autres.

Ces présumées victimes seraient aujourd'hui âgées entre la quarantaine et la soixantaine, et certaines seraient décédées.

La Ville a été fortement critiquée pour sa façon de gérer le cas Estabrooks. En 1975, l'homme avait reconnu avoir agressé sexuellement des enfants. La Ville s'était alors contentée de le muter au département des Travaux publics, sans déposer des accusations contre lui.

En 1999, l'homme a été reconnu coupable d'attentat à la pudeur sur quatre victimes et condamné à six ans de prison. Ces gestes ont été commis durant les années 50. Kennneth Estabrooks est mort en 2005.

La Ville de Saint-Jean continuera à offrir un soutien psychologique gratuit et illimité aux présumées victimes, a affirmé le maire Mel Norton.

Certaines présumées victimes s'apprêtent à intenter un recours collectif.

Justice

Justice et faits divers