•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Financement illégal à l'ex-ADQ de Mario Dumont

    Radio-Canada

    Une enquête menée par CBC/Radio-Canada révèle que l'ancien chef de l'Action démocratique du Québec (ADQ), Mario Dumont, a rencontré en privé, en 2008, des entrepreneurs qui auraient financé son ex-parti politique illégalement.

    Le sénateur conservateur Léo Housakos, qui était un des responsables du financement de l'ADQ et des conservateurs de Stephen Harper, au Québec, aurait approché un de ces entrepreneurs pour qu'il finance l'ADQ.

    Mario Dumont s'est longtemps vanté de vouloir faire de la politique autrement, notamment lors de la campagne électorale de 2007 qui a permis à son ex-parti de former l'opposition officielle à l'Assemblée nationale.

    Mais l'enquête de CBC/Radio-Canada démontre que l'ADQ utilisait les mêmes techniques que les vieux partis pour se financer.

    C'était un genre d'investissement que je faisais en cas que l'ADQ prenne le pouvoir.

    Lino Zambito, ex-entrepreneur en construction
    Lino Zambito devant la commission Charbonneau

    Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

    L'entrepreneur Lino Zambito, l'une des vedettes de la commission Charbonneau, admet aujourd'hui avoir financé l'ADQ à l'aide du système illégal des prêtes-noms.

    « On allait voir nos employés, on allait voir notre famille; on leur demandait un chèque et ces gens-là, on les remboursait », a-t-il affirmé.

    En 2008, c'est Léo Housakos, aujourd'hui sénateur conservateur, qui aurait demandé à Lino Zambito d'aider financièrement le parti de Mario Dumont.

    [Léo] Housakos m'a demandé si j'étais capable de leur donner un coup de main annuellement, de leur ramasser pour eux l'équivalent de 30 000 $ par année.

    Lino Zambito, ex-entrepreneur en construction

    M. Housakos a collecté des fonds pour les conservateurs de Stephen Harper et l'ex-Action démocratique de Mario Dumont.

    Le sénateur conservateur Léo Housakos à Montréal le 9 janvier 2009.

    Le sénateur conservateur Léo Housakos à Montréal le 9 janvier 2009.

    Photo : PC/Graham Hughes

    « C'était plus de donner un coup de main à M. Housakas qui était encore dans l'ADQ. Il avait des liens au fédéral; il était aussi bien placé au niveau de la Ville de Montréal », a poursuivi M. Zambito.

    Et donner un coup de main à Léo Housakos donnait aussi accès au chef de l'ADQ au club privé Mont-Royal.

    « Il y avait des soupers intimes qui se faisaient avec quatre à six entrepreneurs avec M. Dumont, pis [sic] M. Housakos était là. C'était un souper de deux à trois heures et on avait la chance d'échanger presque en tête-à-tête avec M. Dumont », a indiqué M. Zambito.

    Des entrepreneurs qui attendaient tous un retour d'ascenseur de l'ADQ.

    Si jamais l'ADQ avait pris le pouvoir au Québec, il aurait été en mesure de me donner un coup de main au niveau provincial. Ça, c'était clair!

    Lino Zambito, ex-entrepreneur en construction

    Lino Zambito croit que Mario Dumont ne pouvait ignorer que son parti était financé illégalement. « Il faisait toujours la remarque en disant "merci pour ce que tu fais pour l'ADQ", sans pour autant dire "merci pour avoir amassé 25 000 $". Tu comprends entre les lignes qu'il est au courant de ce qui se passe », a déclaré Lino Zambito.

    Mario Dumont et Léo Housakos ont refusé de parler devant la caméra. Ils nient tous les deux avoir agi de façon illégale.

    Les partis politiques sont victimes des prêtes-noms, et non pas coupables d'aucune façon. À moins qu'on demande aux partis politiques de faire enquête sur leurs propres donateurs, c'est au DGE à surveiller ça.

    Mario Dumont, ex-chef de l'ADQ

    La commission Charbonneau a choisi de ne pas parler du financement illégal à l'ADQ. C'est le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) qui mène une enquête sur des dons illégaux d'au moins 800 000 $ à l'ex-ADQ.

    D'après le reportage de Christian Latreille

    La deuxième partie de ce reportage sera présentée mardi sur les ondes de RDI, d'ICI Radio-Canada Télé ainsi que sur Radio-Canada.ca.

    Politique provinciale

    Politique