•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Le quart du Vert & Or Jérémi Roch

Jérémi Roch

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Chaque équipe a sa bête noire. Pour les Carabins, la bête est plutôt verte.

Un texte d'Antoine Deshaies

Après avoir éliminé les Carabins sur leur terrain en novembre dernier, le Vert & Or vient de relancer sa saison avec une victoire de 16-12 devant plus de 5000 spectateurs au CEPSUM de l'Université de Montréal.

Après avoir amorcé la saison avec trois défaites, le Vert & Or remporte un deuxième gain de suite et se replace dans la course aux éliminatoires.

Les Carabins, quant à eux, subissent un deuxième revers d'affilée après une série de trois gains.

« C'est la confirmation qu'on avait raison de croire en nous, a lancé le quart sherbrookois Jérémi Roch après le match. En plus, cette victoire survient le jour de l'anniversaire de mon père. C'est une très belle journée. »

Roch a complété 19 de ses 32 passes pour des gains de 251 verges. Sa cible de prédilection a été Sébastien Blanchard. Il a réussi 7 attrapés pour 110 verges de gains.

Les porteurs Alexandre Aubé et Isaac Lauzon ont marqué les deux touchés de leur équipe aux premier et quatrième quarts. Des courses de huit verges et une verge qui ont mis le point d'exclamation à des poussées offensives impressionnantes des visiteurs.

En fait, le principal obstacle à l'attaque sherbrookoise a été son indiscipline. Les Verts ont perdu 141 verges en raison de pénalités.

« Ç’a été l'histoire du match. On n'a pas été en mesure de profiter de leur indiscipline, a confié Danny Maciocia, peu bavard après le match. On doit rendre hommage à Sherbrooke, mais on n'a pas joué comme nous en sommes capables. »

L'attaque des Carabins a connu une journée difficile avec des gains totaux de 214 verges. Sean Thomas-Erlington a marqué le seul touché des siens sur une course d'une verge.

Le quart Gabriel Cousineau a complété 15 de ses 28 passes pour 157 verges. Il a été intercepté une fois en fin de première demie.

Pierre-Luc Varhegyi l'a brièvement remplacé au troisième quart sans toutefois produire l'étincelle recherchée.

« Gabriel a été ordinaire comme le reste de l'équipe aujourd'hui », a analysé Maciocia.

Son homologue David Lessard était tout sourire.

« On a enfin une récompense pour nos efforts. C'est une ligue compétitive, mais on sait qu'on peut tenir tête aux bonnes équipes. Cela dit, ce ne sera pas plus facile la semaine prochaine ni les suivantes. »

Les deux équipes se retrouvent samedi prochain à l'autre bout de la 10. Le match sera d'ailleurs présenté à Radio-Canada.

La greffe du Dr Rousseau-Saine

La ligne offensive des Carabins a reçu un renfort surprenant pour le match. Le bloqueur Alexis Rousseau-Saine, qui avait mis fin à sa carrière l'an dernier pour se concentrer sur ses études en médecine, a décidé de revenir au jeu.

Son retour ajoute de l'expérience à une ligne offensive décimée par les blessures.

Les Carabins ont fait un appel de compassion pour utiliser l'année d'admissibilité à laquelle Rousseau-Saine avait renoncé en raison de son horaire de stage. Ce n'est qu'à 10 h 30, dimanche matin, que l'étudiant a finalement reçu la confirmation qu'il pourrait jouer.

« Je suis revenu parce que mon équipe avait besoin de moi »,  a rapidement déclaré Rousseau-Saine après le match, visiblement frustré par la défaite.

Le sympathique géant a peut-être perdu quelques kilos pendant son absence de la compétition, mais son désir de gagner est toujours aussi fort.

Football universitaire

Sports