•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

André Boisclair met ses menaces à exécution

L'ancien chef du Parti québécois André Boisclair en conférence de presse à Montréal

Photo : La Presse canadienne / Peter Mccabe

Radio-Canada

L'ex-ministre péquiste André Boisclair entreprend des procédures judiciaires contre la Coalition avenir Québec (CAQ), le député Jacques Duchesneau et son chef, François Legault, pour atteinte à sa réputation, a-t-il annoncé dimanche.

Selon André Boisclair, Jacques Duchesneau a agi de manière « odieuse » en faisant des « liens malhonnêtes » dans le but de détruire sa réputation.

La semaine dernière, Jacques Duchesneau a tenté d'établir un lien entre une promesse de subvention par André Boisclair, sa consommation passée de cocaïne et les liens allégués du bénéficiaire de la subvention promise, Paul Sauvé, avec le crime organisé. M. Boisclair admet connaître M. Sauvé depuis plusieurs années.

L'ancien chef du Parti québécois affirme que ces trois éléments sont totalement indépendants les uns des autres. Il a déjà reconnu avoir consommé de la cocaïne à quelques reprises en 1997-1998, mais il n'a jamais rien dû au crime organisé, soutient-il. 

Je n'ai pas de dette de quelconque nature que ce soit envers le crime organisé. Je n'ai jamais subi de pression de sa part. Toutes allégations à cet égard sont sans fondement.

André Boisclair

La subvention à l'église St-James qu'il a promise en 2003 répondait aux normes, selon lui, et elle n'était pas destinée à son ami Paul Sauvé, mais bien au propriétaire de l'église. De plus, le ministre libéral qui lui a succédé, Jean-Marc Fournier, « a conclu à la pertinence du projet » de restauration de l'église, a-t-il rappelé. 

Jacques Duchesneau commente l'affaire Boisclair, le 25 septembre 2013.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jacques Duchesneau commente l'affaire Boisclair, le 25 septembre 2013.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

« La chronologie de Jacques Duchesneau ne tient pas la route. Comment aurais-je pu savoir en 2003 que l'entreprise de Paul Sauvé connaîtrait éventuellement des difficultés financières et qu'elle serait apparemment l'objet d'une infiltration du crime organisé trois ans plus tard? », a invoqué M. Boisclair.

Je suis traîné dans la boue en raison d'une joute politique partisane où, pour certains, il semble que tous les coups soient permis.

André Boisclair

André Boisclair a récemment mis en demeure Jacques Duchesneau de se rétracter, ce qu'il n'a pas fait. Le chef de la CAQ, François Legault, est ensuite venu à la défense de son député, affirmant qu'il était dans son droit de poser des questions. 

M. Duchesneau et la CAQ attendront de recevoir la poursuite avant de réagir.

Qui paiera les frais d'avocats?

André Boisclair devra assumer lui-même ses frais d'avocats puisque c'est à titre personnel qu'il entreprend cette poursuite. Les avocats de MM. Duchesneau et Legault seront quant à eux payés par l'Assemblée nationale puisqu'ils sont poursuivis à titre de députés.  

André Boisclair a été relevé de ses fonctions de délégué général du Québec à New York, à sa demande, vendredi. Il a expliqué dimanche avoir voulu se délier les mains avant de réagir, pour pouvoir le faire comme simple citoyen. Et puisque les derniers jours ont été « excessivement difficiles », a-t-il dit, il souhaitait rentrer au Québec auprès de sa famille et ses amis.

« M. Boisclair est un homme responsable, c'est lui qui a demandé à être relevé de ses fonctions pour pouvoir se défendre », a confirmé la première ministre Pauline Marois dimanche.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique