•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Colère contre la hausse des tarifs d'électricité

Le reportage de Michel Rochon
Radio-Canada

Près d'un millier de manifestants ont marché dans les rues de Montréal, samedi, pour dénoncer la hausse des tarifs d'électricité d'Hydro-Québec et les politiques d'austérité du gouvernement Marois.

Après un défilé sans incident sur la rue Sainte-Catherine puis devant le siège social d'Hydro-Québec, le cortège s'est déplacé vers les bureaux de Québecor, où ils ont surpris Pierre-Karl Péladeau, président du conseil d'administration d'Hydro-Québec et ancien président et chef de la direction de Québecor, quittant les lieux à bord d'un véhicule. Les manifestants, dont l'objectif était également de décrier le manque de collaboration des grandes entreprises à l'effort fiscal, ont alors adressé leurs slogans à M. Péladeau.

La manifestation était organisée par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, qui rassemble 85 groupes issus des mouvements populaire, communautaire, syndical, féministe et étudiant.

Hydro-Québec a demandé une hausse moyenne des tarifs d'électricité pour sa clientèle résidentielle de 5,8 % qui s'appliquera dès le 1er avril 2014.

Pour le porte-parole de la Coalition, François Saillant, il faut non seulement déplorer cette augmentation, mais aussi toutes les politiques budgétaires et fiscales du gouvernement péquiste qui, selon lui, sont pratiquement les mêmes que le gouvernement libéral précédent.

On s'attendait à ce que le gouvernement du Parti québécois regarde autre chose, par exemple mettre fin au congé d'impôts sur le capital instauré en 2007 par les libéraux [...]

François Saillant, porte-parole de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics

M. Saillant dénonce particulièrement l'objectif du déficit zéro et ses conséquences sur les services directs à la population, en santé entre autres. Il soutient que cet objectif doit être éliminé, et exige que le gouvernement mette fin à toutes les compressions dont il est responsable.

Le député de Québec solidaire Amir Khadir, qui devait participer à la manifestation, dénonce aussi cette « injustice fiscale ».

« Ces hausses sont le parfait exemple de l'injustice fiscale pratiquée par les gouvernements qui se succèdent à Québec. Mme Marois refuse de s'attaquer aux privilèges des plus puissants et, encore une fois, ce sont les gens ordinaires qui écopent et qui doivent se serrer la ceinture », déplore M. Khadir dans un communiqué, ajoutant que le Parti québécois renie une de ses promesses électorales avec ces hausses de tarifs.

Manifestation contre la hausse des tarifs d'électricitéManifestation contre la hausse des tarifs d'électricité à Montréal

Des manifestants de partout au Québec

Des manifestants des quatre coins de la province étaient attendus à Montréal. L'Association coopérative d'économie familiale de l'Outaouais (ACEFO) a organisé gratuitement le transport en autobus d'une quarantaine de manifestants de la région jusqu'à Montréal. Une manifestation a également eu lieu à La Sarre, en Abitibi-Témiscamingue.

« Les ménages n'arrivent plus à joindre les deux bouts. On a vu le nombre d'abonnés débranchés chaque année exploser, tripler même. Dans ce contexte, on considère nous que les ménages ne seront pas capables d'assumer cette hausse et que cela va amener beaucoup de problèmes sociaux et économiques », affirme le directeur de l'ACEFO, Éloï Bureau. 

Selon l'organisme, Hydro-Québec a effectué plus de 50 000 débranchements auprès des ménages incapables de payer leurs factures en 2011.

L'ACEFO estime qu'une augmentation des tarifs représenterait une hausse de 50 $ à 200 $ par année, selon la taille du logement.

Avec les informations de La Presse canadienne

Grand Montréal

Société