•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections à Trois-Rivières : le monorail s'invite dans la campagne

Élections à Trois-Rivières : le monorail s'invite dans la campagne

La candidate à la mairie de Trois-Rivières Catherine Dufresne s'engage à promouvoir et à subventionner le projet de monorail de TrensQuébec , en échange de quoi l'entreprise s'engage à installer son siège social à Trois-Rivières.

Ce projet de l'entreprise TrensQuébec vise à installer un train monorail entre Québec et Montréal.

La conseillère sortante du district Sainte-Marguerite a précisé son engagement vendredi matin lors d'un point de presse. Elle s'est engagée à accorder une aide pour l'élaboration d'une étude de faisabilité, dont les coûts sont estimés à 750 000 $.

La candidate à la mairie promet d'investir 300 000 $ dans cette étude. Le reste proviendrait du Fonds de diversification économique (375 000 $) et de Trans-Québec (75 000 $).
« Je pense que c'est porteur d'avenir. »

La candidate à la mairie de Trois-Rivières Catherine DufresneLa candidate à la mairie de Trois-Rivières Catherine Dufresne

Le projet de monorail de TrensQuébec pourrait créer jusqu'à 90 000 emplois au Québec lors de son implantation et générer des retombées économiques de plusieurs milliards. Selon le directeur général TrensQuébec Jean-Paul Marchand, l'implantation d'un siège social à Trois-Rivières pourrait générer la création de plus d'une centaine d'emplois.

C'est au coeur du Québec. C'est tout à fait raisonnable que le centre du siège social soit installé à Trois-Rivières.

Jean-Paul Marchand

Par ailleurs, l'entreprise Marmen pourrait participer à la construction d'un banc d'essai de cinq kilomètres. Selon l'entourage de Catherine Dufresne, la rencontre entre Marmen et TrensQuébec devrait avoir lieu à la mi-octobre.

Deuxième mention du monorail

Le parti municipal Force 3R adéjà proposé la semaine dernière de faire de Trois-Rivières la plateforme de développement de monorail.

La formation politique propose d'utiliser l'ancien tracé de l'autoroute 40 comme banc d'essai de cinq kilomètres pour le monorail Trans-Québec.

Le projet consisterait en un rail suspendu au-dessus d'un axe routier entre l'autoroute 55 et le secteur Saint-Louis-de-France. La construction d'un troisième point au-dessus de la rivière Saint-Maurice serait nécessaire.

Selon Richard St-Germain, le projet s'élèverait à quelques centaines de millions de dollars.

Mauricie et Centre du Québec

Élections municipales