•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'évolution des vertébrés, revue et corrigée?

Entelognathus primordialis

Représentation artistique du Entelognathus primordialis

Photo : Brian Choo

Radio-Canada

La Science a longtemps pensé que les vertébrés, dont l'humain, étaient issus de poissons cartilagineux similaires aux raies et aux requins et qu'ils avaient évolué pour se créer de toutes pièces un squelette et une mâchoire articulée.

Or, la découverte d'un fossile de poisson de 20 centimètres en Chine remet cette théorie en question.

La complexité de la mâchoire de l'Entelognathus primordialis en ferait l'ancêtre de l'humain et de toutes les créatures dotées d'un squelette osseux (ostéichtyens), selon Brian Choo, de l'Institut de paléontologie des vertébrés de Pékin.

En fait, les petits os crâniens et les maxillaires du fossile laissent à penser que les vertébrés étaient sans doute dotés dès le départ de leur squelette osseux.

Cette découverte étonnante porte un sérieux coup à de vieilles idées sur l'évolution des vertébrés. [...] Les implications sont claires : les ostéichtyens n'ont pas acquis leur squelette osseux dans leur coin, ils l'ont tout simplement hérité » de leurs ancêtres : les placodermes, des poissons caparaçonnés de plaques osseuses qui sont considérés comme les plus vieux représentants de la famille des vertébrés.

Brian Choo

Ainsi, le groupe comprenant les requins et les raies ne fait plus figure de grand ancêtre des vertébrés. En termes d'évolution, cela signifie qu'ils ont dû se débarrasser progressivement des plaques osseuses de leurs prédécesseurs au fil de leur évolution.

Le dernier ancêtre commun de tous les vertébrés à mâchoires (les gnathostomes), nous y compris, était un placoderme similaire à l'Entelognathus.

Brian Choo

L'Entelognathus vivait à la fin du Silurien supérieur (voici 423 à 416 millions d'années) et ne serait pas l'ancêtre direct des gnathostomes, dont il avait déjà divergé à l'époque.

Selon M. Choo, il s'agissait plutôt d'un « proche neveu » de notre ancêtre commun, dont il partageait bon nombre de caractéristiques.

Sa tête et son corps étaient recouverts d'épaisses plaques tandis que sa queue portait des écailles. Il possédait des mâchoires, mais pas de dents, et ses petits yeux étaient enfouis dans de grandes et profondes orbites.

Le détail de cette découverte est l'objet d'un article publié dans la revue Nature.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science