•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le printemps érable aurait pu être évité, selon l'ex-présidente de la FEUQ

Le reportage de Jacques Bissonnet
Radio-Canada

La crise étudiante de 2012 n'aurait peut-être jamais eu lieu si le gouvernement de Jean Charest avait démontré une réelle volonté d'écoute, croit l'ancienne présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Martine Desjardins.

La Commission spéciale d'examen des événements du printemps 2012 a commencé ses audiences publiques, lundi. Elle est sans pouvoir, sauf celui de faire des recommandations pour éviter que les Québécois ne revivent un autre printemps érable.

Martine Desjardins a estimé que l'intransigeance du gouvernement Charest de l'époque était à l'origine du début de la mobilisation étudiante, dès l'automne 2011.

Je pense qu'il doit y avoir quelque part une façon de faire pour qu'un gouvernement ne puisse pas faire la sourde oreille aussi longtemps. Ils nous auraient rencontrés au mois de novembre ou décembre, je vous le dis, là, les choses auraient été bien différentes.

Martine Desjardins, ex-présidente de la FEUQ

Selon l'ex-leader étudiante, l'imposition de la loi 12 (issue du projet de loi 78), en mai 2012, trois mois après le début de la grève étudiante, a représenté un tournant et redonné un nouveau souffle à la contestation.

Elle a également identifié d'autres gestes irritants posés par le gouvernement Charest, notamment lors du dépôt du budget, en mars 2011, quand l'attachée politique de la ministre de l'Éducation a affirmé à certains représentants étudiants que la hausse des droits de scolarité n'était « pas si pire » et que « les étudiants ne se soulèveraient jamais ».

Le printemps 2012 en chiffres

  • 532 manifestations
  • 750 000 manifestants
  • Plus de 2000 arrestations
  • 211 plaintes en déontologie

Le travail de la police critiqué

Paul Bélanger, professeur à l'UQAM, témoigne à la commission Ménard.Paul Bélanger, professeur à l'UQAM, témoigne à la commission Ménard.

La commission se penchera tout spécialement sur le travail de la police, sur son équipement et sur la formation des futurs policiers. Son président, l'ancien ministre péquiste Serge Ménard, a affirmé que « les événements de 2012 ont amené une profonde crise de confiance du public envers la police ».

Un professeur de l'UQAM, Paul Bélanger, a raconté avoir été roué de coups alors qu'il participait pacifiquement à une manifestation devant le Palais des congrès. Il s'interroge sur l'attitude des policiers, qui, selon lui, ont voulu instaurer un climat de la peur chez les manifestants, en les frappant, pour les décourager de sortir dans la rue.

Le rôle des policiers, c'est d'encadrer des manifestations pour qu'elles se déroulent pacifiquement. Ce n'est pas de décourager les gens de descendre dans la rue, et ce n'est pas de frapper pour qu'ils aient peur. La peur, c'est le pire ennemi de la démocratie.

Paul Bélanger, professeur à l'Université du Québec à Montréal

Créée en mai dernier pour analyser les circonstances entourant les manifestations et les perturbations durant la crise étudiante, la commission doit remettre son rapport au ministre de la Sécurité publique au plus tard le 20 décembre 2013. Elle est présidée par l'ancien ministre péquiste Serge Ménard. Il est secondé par l'ex-présidente de la CSN Claudette Carbonneau et par le juge à la retraite Bernard Grenier.

Il y a des absents importants à cette commission d'examen : la Fraternité des policiers de Montréal et le groupe étudiant le plus militant, l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE). Mais le directeur du SPVM, Marc Parent, ainsi que celui de la Sûreté du Québec, Mario Laprise, répondront aux questions des commissaires.

Le mandat de la commission :

• analyser les circonstances des manifestations et des actions de perturbation tenues au Québec au printemps 2012;
• identifier les facteurs ayant contribué à la détérioration du climat social et évaluer les impacts des événements sur la population;
• dégager des constats en s'appuyant sur des faits vérifiables;
• formuler des recommandations au ministre de la Sécurité publique.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique