•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les évêques ne s'opposeraient pas au retrait du crucifix de l'Assemblée nationale

Crucifix de l'Assemblée nationale

Crucifix de l'Assemblée nationale

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les évêques catholiques du Québec prennent position contre le projet de charte des valeurs québécoises. Ils préfèrent le concept de laïcité ouverte et s'opposent donc à l'interdiction de porter des signes religieux dans la fonction publique. Radio-Canada a toutefois appris que les évêques ne s'opposeraient pas à une éventuelle décision du gouvernement de retirer le crucifix de l'Assemblée nationale.

Si le gouvernement décide d'enlever le crucifix, les évêques ne feront pas de guerre.

Une citation de :L'évêque du diocèse de Saint-Jérôme, Mgr Pierre Morissette

Les évêques précisent qu'ils ne lanceront pas non plus de campagne pour que le crucifix soit retiré. Selon eux, c'est aux élus de prendre la décision, parce que ce sont des élus qui l'ont fait entrer à l'Assemblée nationale en 1936.

L'Assemblée des évêques catholiques du Québec en réunion plénière d'automne au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, à Trois-Rivières.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Assemblée plénière d'automne des évêques catholiques du Québec

Plus qu'un objet patrimonial, plaident les évêques

Lorsqu'il a déposé son projet de charte des valeurs, le ministre Bernard Drainville a clairement indiqué que le gouvernement ne toucherait pas au crucifix de l'Assemblée nationale et que ce crucifix serait inscrit comme élément patrimonial. « Le crucifix est là pour rester, au nom de l'histoire, au nom du patrimoine », affirmait M. Drainville.

Mais cette position, partagée par les trois principaux partis à l'Assemblée nationale, dérange profondément les évêques catholiques du Québec. « Le crucifix est bien plus qu'un objet patrimonial ou un symbole, le crucifix est l'expression d'une foi », plaide Mgr Noël Simard, évêque de Valleyfield.

Si le crucifix doit rester, les évêques estiment qu'il faudrait alors travailler sur la revitalisation de cette foi. Sinon, autant s'en débarrasser.

Au final, ce sera aux élus de payer le prix politique, quelle que soit leur décision, estiment les évêques.

Pour la liberté de croire en public

Selon les évêques, l'État doit protéger la liberté des citoyens de croire ou de ne pas croire, mais aussi de pouvoir manifester leur croyance en public et en privé. « Il s'agit d'un droit fondamental et non d'un privilège que l'État accorde à ses citoyens », estime Mgr Pierre-André Fournier.

Avec les informations de Julien Lafille

Pour ou contre la charte des valeurs?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !