•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une enquête est lancée pour faire la lumière sur l'accident ferroviaire mortel à Ottawa

Le train de Via Rail endommagé lors de la collision avec un autobus.

Le train de Via Rail endommagé lors de la collision avec un autobus.

Photo : La Presse canadienne / TERRY PEDWELL

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une collision entre un train de Via Rail et un autobus à deux étages d'OC Transpo a fait six morts, dont le chauffeur de l'autobus, et une trentaine de blessés, dont une dizaine dans un état grave, mercredi matin à Ottawa. Une victime a perdu la vie après son arrivée à l'hôpital.

La collision est survenue en pleine heure de pointe près de la station de transport en commun Fallowfield, au sud-ouest de la ville.

La police d'Ottawa a jusqu'à présent confirmé l'identité de quatre des victimes, dont le chauffeur Dave Woodard.

Tous les blessés hospitalisés étaient à bord de l'autobus. Via Rail a confirmé qu'aucun des 100 passagers du train n'avait subi de blessures.

Les blessés ont été transportés au campus Civic de l'Hôpital d'Ottawa, à l'Hôpital Queensway Carleton, à l' Hôpital général d'Ottawa et à l'Hôpital Montfort. Des médecins et des infirmières supplémentaires ont dû être appelés en renfort à certains endroits.

L'Hôpital Montfort a offert également aux blessés, ébranlés par l'accident, la possibilité de rencontrer des travailleurs sociaux et des psychologues.

L'autobus circulait en direction nord sur le Transitway, le long de l'avenue Woodroffe, au moment de l'impact. Le devant du véhicule a été complètement arraché.

Quant au train numéro 51 de Via Rail impliqué dans l'accident, il faisait route vers Toronto depuis Montréal. Ce train avait quitté Montréal à 6 h 20 et devait arriver à Toronto à 12 h 49. Un arrêt à Ottawa était prévu.

La circulation automobile dans le secteur a été complètement bloquée. L'avenue Woodroffe a été fermée dans les deux directions entre la rue Slack et le chemin Fallowfield. Le Transitway dans le secteur demeurait aussi fermé.

Quant aux passagers de Via Rail aux gares de Toronto, d'Ottawa et de Montréal qui comptaient se rendre dans la Ville Reine ou la métropole québécoise, ils ont été invités à faire le trajet en autocar.

Selon un des passagers, qui était assis au premier étage, des usagers ont crié au chauffeur d'arrêter une ou deux secondes avant la collision. Il a ensuite vu des personnes sur les rails du train, immédiatement après l'impact.

Le syndicat des chauffeurs d'OC Transpo soutient n'avoir jamais eu de problème avec le conducteur. Dave Woodard était compétent, son dossier ne comportait aucun incident et il était à l'emploi de la compagnie depuis au moins une décennie. Il laisse dans le deuil une femme - dont c'était l'anniversaire mardi -  et une belle-fille.

Une enquête est ouverte

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a ouvert une enquête indépendante et envoyé 11 agents sur les lieux de l'accident. L'équipe photographiera les débris; évaluera le passage à niveau, sa conception et les lignes de visibilité; vérifiera les systèmes d'avertissement et les barrières pour s'assurer que tout fonctionnait bien, en plus d'examiner les données des boîtes noires de la locomotive et de tout autre enregistrement disponible.

Les enquêteurs rencontreront également des passagers et des témoins.

L'enquête est très complexe. Notre équipe aura besoin de temps pour établir les faits. Ce travail pourrait prendre plusieurs mois.

Une citation de :Jean Laporte, administrateur en chef des opérations du Bureau de la sécurité du Canada

Pour le moment, le BST ignore si le chauffeur de l'autobus a appliqué les freins avant l'impact et si les barrières de sécurité étaient abaissées pour empêcher l'accès aux rails. Le Bureau n'a pas non plus confirmé si l'autobus avait percuté le train ou l'inverse. On ignore si la vitesse est en cause.

Toutefois, des témoignages de passagers dans l'autobus semblent confirmer que la barrière de sécurité était abaissée au passage à niveau et que les alarmes tant sonores que visuelles étaient activées. Selon des témoins, le chauffeur aurait appliqué les freins à la dernière minute.

Le BST a précisé qu'il désirait se pencher sur les passages à niveau, notamment à la suite de cet accident. Il a ajouté qu'il souhaitait avant tout éviter qu'un tel drame se reproduise.

La police d'Ottawa assistera le BST dans son enquête.

Le directeur général de la Ville d'Ottawa, Kent Kirkpatrick, a précisé que le passage avait été construit en 2004. Le Canadien National (CN) avait évalué et approuvé l'intersection, de même que Transports Canada et la Municipalité.

Selon M. Kirkpatrick, une entente est survenue entre la Ville et le CN pour que la Municipalité délègue l'entretien du passage à niveau.

Réglementation ontarienne pour les passages à niveau : Les autobus et autres véhicules de transport en commun doivent obligatoirement s'arrêter aux passages à niveau qui n'ont pas de dispositifs d'avertissement automatiques, tels qu'une barrière ou des feux clignotants. Les autobus scolaires doivent s'arrêter à tous les passages à niveau, que ceux-ci aient ou non une barrière ou des feux clignotants.

Un centre de réunification

La Ville d'Ottawa a mis en place un centre de réunification familiale au Sportsplex de Nepean, où les gens se présentent au compte-gouttes.

Des psychologues, des travailleurs sociaux et des bénévoles de la Croix-Rouge sont sur les lieux. Des proches de victimes peuvent notamment y obtenir de l'information, comme le nom de l'hôpital où les blessés sont traités.

Les citoyens inquiets pour des membres de leur famille peuvent aussi appeler au 3-1-1 afin d'obtenir plus d'information.

Veillée à la chandelle à la mémoire des victimes de l'accident à OttawaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Veillée à la chandelle à la mémoire des victimes de l'accident

Photo : Gilles Taillon

Messages de condoléances

Les messages d'appui ont commencé à affluer sur le réseau Twitter à la suite du drame.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a demandé à la communauté de prier pour les personnes touchées ainsi que pour les premiers répondants. Il encourage les citoyens à aller donner du sang.

Le maire de Gatineau, Marc Bureau, a communiqué avec son homologue pour lui offrir ses sympathies et toute l'aide qui serait nécessaire.

Sur la colline du Parlement, le premier ministre du Canada, Stephen Harper, le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, et le chef du NPD, Thomas Mulcair, ont tous fait savoir que leurs pensées accompagnaient les familles des victimes.

Kathleen Wynne, la première ministre de l'Ontario, a aussi offert ses condoléances aux victimes, de même que le maire de Toronto, Rob Ford.

Les députés d'Ottawa Ouest-Nepean, John Baird, et de Nepean-Carleton, Pierre Poilievre, attristés par l'accident tragique, ont également eu des mots de réconfort pour les proches et les familles des victimes.

Pour suivre notre couverture en direct sur vos appareils mobiles cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

La voie ferrée passe dans l'ouest d'Ottawa.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La voie ferrée passe dans l'ouest d'Ottawa.

 

Oc Transpo possède des autobus à deux étages.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Oc Transpo possède des autobus à deux étages.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario