•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Fed maintient sa politique de soutien à l'économie

Gérald Fillion s'entretient avec Georges Ugeux, PDG de Galileo Global.

La Réserve fédérale américaine (Fed) a décidé de poursuivre ses rachats massifs d'actifs, qui s'élèvent à 85 milliards de dollars par mois. La direction de la Banque centrale américaine en a fait l'annonce, mercredi, causant la surprise parmi les analystes, qui s'attendaient à ce que la Fed modifie sa trajectoire.

Pour expliquer sa décision, la Réserve fédérale a affirmé qu'elle souhaitait avoir des signes tangibles que l'économie américaine allait continuer sa progression avant de cesser ses rachats massifs d'obligations. De plus, la Réserve fédérale constate qu'en vertu de certains indicateurs, la situation du marché de l'emploi s'améliore aux États-Unis. Mais la Fed constate du même souffle que la hausse des taux d'emprunt hypothécaire, de même que les réductions des dépenses du gouvernement, ont pour effet de ralentir la croissance.

Le président de la Banque centrale américaine, Ben Bernanke, a déclaré en conférence de presse mercredi qu'il n'était pas exclu que la Fed « bouge » d'ici la fin de l'année et qu'il n'y avait pas de « nombre magique » ou d'échéancier établi déterminant quand la politique de rachat de titres cesserait ou serait réduite. Ben Bernanke a aussi affirmé que l'injection de liquidités n'allait pas nécessairement cesser quand le taux de chômage descendrait à 7 %.  

Actuellement le taux de chômage aux États-Unis est de 7,3 %. 

Le taux directeur demeure dans une fourchette allant de 0 à 0,25 % et il le restera jusqu'à ce que le taux de chômage descende sous la barre des 6,5 %.

Nouvelles projections de croissance, à la baisse :

La Réserve fédérale américaine estime que la croissance sera plus faible que prévu. Cette année, elle évalue que le taux de croissance pourrait se situer entre 2 et 2,3 % (contre 2,3 % à 2,6 % dans son estimation de juin). L'an prochain, il pourrait se situer entre 2,9 et 3,1 % (contre les 3,0 à 3,5 % estimés en juin). 

À la lumière du statu quo décrété mercredi par la Fed, les marchés ont bondi, de même que le prix de l'or et celui du pétrole. Le dollar américain, par contre, a perdu de la valeur. 

Janet YellenLa vice-présidente de la Fed, Janet Yellen Photo : PC / AP Photo/Eugene Hoshiko

Qui succédera à Ben Bernanke?

En théorie, Ben Bernanke doit présider deux autres réunions du comité de politique monétaire de la Fed, en octobre et en décembre, avant céder ses fonctions à son successeur.

À la suite de l'abandon du candidat préféré de la Maison-Blanche, l'ancien principal conseiller économique du président Obama, Larry Summers, c'est Janet Yellen, actuelle vice-présidente de la Fed depuis 2010, qui est la favorite.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Économie