•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade à Washington : un tireur au passé violent

Le ministre de la Défense américain, Chuck Hagel, a déposé une gerbe au mémorial de la Marine pour rendre hommage aux victimes de la fusillade.

Le ministre de la Défense américain, Chuck Hagel, a déposé une gerbe au mémorial de la Marine pour rendre hommage aux victimes de la fusillade.

Photo : AFP / JIM WATSON

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les policiers cherchaient mardi à déterminer les motivations de l'homme qui a tué 12 personnes, la veille, dans un immeuble de bureaux de la Marine américaine à Washington, au complexe Navy Yard.

Le suspect, abattu par les forces de l'ordre, est Aaron Alexis. Âgé de 34 ans et originaire de Fort Worth, au Texas, cet ancien militaire travaillait comme informaticien pour un sous-traitant de Hewlett-Packard chargé de mettre à jour l'intranet de la Marine américaine et du corps des marines.

Dans son dernier point de presse, le FBI a confirmé que le tireur a agi seul. Il avait un accès limité au complexe, a précisé une porte-parole de la police fédérale.

Renvoyé par l'armée

Lui-même réserviste de la Marine de mai 2007 à janvier 2011, où il se serait plaint de discrimination, Aaron Alexis en avait été renvoyé pour des écarts de conduite, notamment des incidents impliquant des armes à feu. Un responsable de la Marine a déclaré mardi qu'il avait cependant été démobilisé avec les honneurs.

D'ailleurs, le maire de Washington, Vincent Gray, s'est demandé mardi comment Aaron Alexis avait pu pénétrer dans les locaux de la Marine par des moyens légitimes.

« C'est difficile de croire que quelqu'un qui a un passé comme celui de cet homme ait pu obtenir les autorisations, les qualifications pour entrer sur la base », a-t-il lancé.

Des problèmes psychologiques

Aaron AlexisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Aaron Alexis

Photo : AP Photo/Fort Worth Police Department

Aaron Alexis était connu pour ses accès de colère.

Il avait été arrêté en 2010 au Texas pour avoir tiré à travers le plafond de sa voisine, mais l'affaire avait été classée. « Il a été déterminé qu'Alexis nettoyait son arme dans son appartement quand le coup est parti accidentellement. Une balle a atteint l'appartement du dessus. Personne n'a été blessé », a confirmé une porte-parole du procureur du comté de Tarrant dans un communiqué.

L'homme avait également été arrêté en 2004, à Seattle, pour avoir tiré dans les pneus d'un ouvrier garé devant chez lui.

Selon la chaîne d'information continue CNN, il avait récemment fait appel à deux hôpitaux pour anciens combattants afin de bénéficier d'une prise en charge psychologique.

La police du Rhode Island a plus tard confirmé qu'elle avait contacté la Marine américaine au mois d'août pour lui dire qu'Alexis prétendait « entendre des voix ».

L'homme de 34 ans disait être suivi par des gens qui « envoyaient des vibrations dans son corps », peut-on lire dans le rapport des forces de l'ordre, auxquelles il était allé se plaindre.

Un pays en deuil

De son côté, le président américain Barack Obama a ordonné la mise en berne des drapeaux américains jusqu'à vendredi soir.

Selon lui, la tuerie de lundi illustre la nécessité d'un dispositif de vérification des troubles mentaux plus poussé lors de l'achat d'armes à feu.

Le fait que nous n'ayons pas de système de vérification des antécédents suffisamment poussé nous rend plus vulnérables à ce genre de fusillades de masse.

Une citation de :Barack Obama, président américain

Le Navy Yard abrite le quartier général du Commandant des systèmes navals de la Marine américaine (NAVSEA), qui est chargé de la conception et de la construction des navires et des sous-marins américains. C'est un complexe de 16 pâtés de maisons où travaillent 3000 personnes, qui se trouve à moins de deux kilomètres du Capitole et à cinq kilomètres de la Maison-Blanche.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !