•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a cinq ans, la faillite de Lehman Brothers

Lehman Brothers

Bureaux de Lehman Brothers le 15 septembre 2008, jour de sa faillite

Photo : AFP / Nicholas Roberts

Radio-Canada

Cinq ans après la faillite de la banque d'investissements Lehman Brothers, Robert Pouliot, associé principal chez Rating Capital Partners et expert du risque, affirme que le pire a été évité et qu'on aurait pu tout perdre, mais qu'une autre crise économique du genre est toujours possible.

En entrevue avec le journaliste Gérald Fillion à l'émission RDI Économie, M. Pouliot explique d'abord que beaucoup de banques américaines en difficulté ont fusionné, créant des entités mieux capitalisées, mais plus grosses, ce qui fait augmenter le risque que la faillite d'une banque en entraîne une autre.

Robert Pouliot explique également qu'en raison de ces risques accrus, on demande maintenant aux banques de détenir un montant de garantie plus élevé qu'auparavant. M. Pouliot ne semble cependant pas certain que cela soit suffisant pour protéger le système.

Robert Pouliot en entrevue avec Gérald Fillion.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Robert Pouliot en entrevue avec Gérald Fillion.

« Il y en a qui disent que ça ne suffit pas, pas en terme de montant, mais plus on va imposer des fonds propres élevés aux banques, plus les banques seront tentées de prendre plus de risques pour compenser les coûts que représentent ces capitaux additionnels dans [leurs] coffres, et qui ne travaillent pas autant qu'ils devraient », dit-il.

Selon lui, quatre sources potentielles pourraient générer une crise économique :

  • Un problème ou une erreur dus à la technologie, qui est devenue omniprésente en finances;
  • Les marchés émergents, qui plongent à l'heure actuelle;
  • Des institutions devenues tellement complexes qu'on n'y voit plus clair;
  • La croissance phénoménale des fonds négociés en bourse ces dernières années, ce qui fait qu'on s'y perd.

« Donc, il y a des mouvements que les régulateurs ont peine à suivre et la réforme réglementaire n'a pas été complétée », conclut-il.

La faillite de Lehman Brothers a été causée par la folie du crédit hypothécaire qui s'est emparée des États-Unis au début des années 2000, encouragée par les banques. Des prêts accordés trop facilement conduisent alors à l'impossibilité pour plusieurs personnes de rembourser leur emprunt et les contraignent à vendre leurs biens, faisant ainsi chuter les prix de l'immobilier, une situation que l'on nomme communément la crise des subprimes.

Sans possibilité de se débarrasser des titres sur les crédits immobiliers à risque qu'elle possède, Lehman Brothers manque de liquidités et se voit obligée de vendre des milliards d'actifs, voyant ainsi sa capitalisation boursière chuter des trois quarts.

Finalement, le 15 septembre 2008, faute de repreneurs et d'aide du gouvernement américain, Lehman Brothers déclare faillite, entraînant avec elle la bourse américaine, suivie quelques semaines plus tard de toutes les autres bourses mondiales.

Lehman Brothers était la quatrième plus grande banque des États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie