•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « petit bonhomme » fait jaser

Martin Reway

Photo : Martin Reway/Facebook

Radio-Canada

On ne l'a pas encore vu en action contre des « méchants », mais le jeune Martin Reway fait tourner les têtes dans les matchs intraéquipe au camp du Canadien.

Et quand on le rencontre en personne, on se demande bien comment un jeune homme de 18 ans, mais qui en a l'air de 14 avec son visage de gamin, fait pour se démarquer parmi les adultes. C'est sans oublier sa modeste charpente de 1,73 m et 77 kg (5 pi 8 po, 170 lb).

« La grandeur, c'est important, on en est conscient, mais c'est le résultat qui compte, a rappelé Michel Therrien, après l'entraînement de vendredi, à Brossard. (Brendan) Gallagher est un petit joueur qui joue gros. Dans le cas de Reway, la rondelle le suit, il est souvent en sa possession, il est capable de faire des jeux. Il ne semble pas intimidé par un gars de la Ligue nationale. »

Après avoir affiché une chimie intéressante avec Louis Leblanc jeudi, Reway en a remis vendredi, et a été récompensé pour ses efforts avec un but.

« Il a connu un excellent camp des recrues, et avec des gars de la LNH, on voit ses habiletés, on le constate encore plus. C'est très encourageant de voir un petit bonhomme comme ça. »

« Reway est très habile (nifty), je suis impressionné », a ajouté Subban, lorsqu'on lui a demandé si certaines recrues se démarquent jusqu'ici.

Therrien n'a pas voulu confirmer qu'il l'emploierait pour un match préparatoire, mais on le devine intrigué du potentiel de son jeune espoir.

À l'école de Benoît Groulx

Le Canadien a réclamé Reway au quatrième tour du dernier repêchage, au 116e rang. Le jeune homme de 18 ans venait de connaître une année recrue de 22 buts et 28 passes en 47 matchs avec les Olympiques de Gatineau.

Il doit d'ailleurs à Benoît Groulx une partie de son succès.

« C'est un entraîneur dur, mais je l'aime, explique-t-il. J'avais besoin de cet entraîneur, je ne travaillais pas aussi fort en Europe. Il m'a appris à jouer en défense, à respecter un système de jeu. Avant, je ne me repliais jamais! C'était une grosse étape. »

Malgré son intéressante première saison, Reway ne s'était pas présenté à Newark pour le repêchage. « Je ne voulais pas y aller et être déçu si je n'étais pas réclamé », raconte-t-il.

Sachez par ailleurs que Reway est né en République tchèque, mais représente la Slovaquie sur la scène internationale. Son équipe préférée était - heureux hasard - le Canadien, tandis que son joueur préféré était Zigmund Palffy. Enfin, son nom se prononce « Révaï », et non pas à l'anglaise...

Galchenyuk brise la glace

Après une première sortie tranquille, Alex Galchenyuk a aussi épaté la galerie au cours du deuxième match intraéquipe du Canadien.

Le numéro 27 a marqué le plus beau but du jour et a aidé les Rouges à défaire les Blancs 3-1.

Dans un espace restreint, Galchenyuk a servi une tasse de café à l'unité défensive et a déjoué le gardien Zachary Fucale, dont c'était la première présence face à des joueurs de la Ligue nationale.

Rene Bourque, en échappée, et Reway ont inscrit les autres filets des vainqueurs, les deux contre Carey Price en première période.

Ryan White, sur une passe parfaite de Brandon Prust, a assuré la riposte pour les Blancs. White a donc repris sa place, 24 heures après avoir été coupé près de l'œil gauche sur un coup de bâton accidentel de Greg Pateryn. Il a eu besoin de sept points de suture, et même s'il a perdu beaucoup de sang, il ne songe toujours pas à porter la visière.

« Non, j'espère simplement que Pateryn apprendra à garder son bâton sur la glace! », a lancé le sympathique centre.

L'autre éclopé du match de jeudi, Nathan Beaulieu, n'a pas patiné. Le jeune défenseur s'était blessé à une épaule en chutant lourdement dans la bande.

Après avoir patiné en solitaire la veille, Sebastian Collberg (genou) s'est exercé avec ses coéquipiers, mais n'a pas pris part à la rencontre. Brian Gionta (biceps) et George Parros (épaule) ont subi le même sort.

L'expérience Thomas se poursuit

Enfin, notons que Christian Thomas a conservé sa place aux côtés des vétérans Tomas Plekanec et Rene Bourque. L'ailier acquis en retour de Danny Kristo cet été souhaite profiter au maximum de sa chance en attendant le retour de Gionta.

« C'est une belle occasion et si j'ai des matchs préparatoires, je devrai profiter du fait que je joue dans un gros trio et m'assurer qu'il se passe quelque chose chaque fois qu'on est sur la patinoire. »

Rouges

Trios

  • Galchenyuk-Eller-Gallagher
  • Bourque-Plekanec-Thomas
  • Blondin-Dumont-Bournival
  • Leblanc-Reway-Tarnasky

Défenseurs

  • Subban-Gorges
  • Bouillon-Murray
  • Tinordi-Pateryn

Blancs

Trios

  • Pacioretty-Desharnais-Brière
  • Prust-White-Moen
  • Hudon-St-Pierre-Crisp
  • Bozon-MacAuley-McCarron

Défenseurs

  • Markov-Diaz
  • Drewiske-Dietz
  • Nygren-Lashoff

Hockey

Sports