•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au tour de la Chambre de commerce de rejeter la charte des valeurs

Des citoyens de Montréal

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain rejette à son tour la charte des valeurs québécoises, du moins dans sa version actuelle, et demande à Québec d'adopter une approche plus inclusive.

Le président Michel Leblanc dénonce particulièrement l'interdiction de porter des signes religieux ostentatoires, ce qui toucherait directement de nombreux immigrants alors que les entreprises ont besoin de main-d'oeuvre.

Il estime que le milieu des affaires a plus à perdre qu'à gagner si le projet de charte est adopté. « La proposition gouvernementale suscite une grande inquiétude dans la communauté d'affaires montréalaise. Elle risque d'entraîner des conséquences néfastes sur la réputation de la métropole et sa performance économique », a déclaré Michel Leblanc, président de la Chambre.

Il affirme que plus de 87 % des immigrants récents du Québec résident dans la région de Montréal et que la grande majorité des citoyens qui affichent clairement leur appartenance religieuse sont à Montréal.

Hier, les 15 maires des villes défusionnées de Montréal ont également demandé à Québec de rejeter le projet de charte des valeurs, en invoquant qu'il n'y avait pas de problème actuellement avec les signes religieux.

Société