•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lac-Mégantic : l'étiquetage du pétrole et le rôle d'Irving mis en cause

Le gestionnaire du BST pour l'Est du Canada, Ed Belkaloul

Yanick Cyr

Le pétrole brut transporté par le train de la Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMA) qui a déraillé à Lac-Mégantic, le 6 juillet dernier, était mal identifié dans les documents de transport, soutient le Bureau de la sécurité des transports (BST) du Canada. Le risque d'inflammabilité y était sous-estimé.

Le pétrole était identifié comme appartenant à la troisième catégorie d'emballage de matières dangereuses (GE III) – sur une échelle contenant trois échelons – alors qu'il appartient, de fait, à la deuxième catégorie (GE II). Le BST est parvenu à cette conclusion après avoir analysé le pétrole contenu dans les neuf wagons demeurés intacts à la suite du déraillement de Lac-Mégantic.

Le BST ajoute toutefois qu'une identification appropriée des matières dangereuses qui ont explosé à Lac-Mégantic n'aurait rien changé aux normes de transport ou aux interventions des équipes d'urgence. Selon le gestionnaire du BST pour l'Est du Canada, Ed Belkaloul, la réglementation permet l'utilisation du wagon-citerne de classe 111 pour les matières dangereuses de catégorie GE II et GE III.

Selon le BST, c'est au destinataire qu'incombe la responsabilité de la conformité de l'étiquetage des matières dangereuses transportées par train. Dans le cas de Lac-Mégantic, cette responsabilité incombait à Irving Oil.

Toutefois, l'enquête du BST, qui est toujours en cours, « remet en question l'aptitude des wagons-citernes de classe 111 à transporter des quantités importantes de liquide inflammable à point d'éclair [niveau d'inflammabilité] bas [GE I et GE II] », explique le communiqué.

« Le point d'éclair relativement bas dans le cas de ce produit explique en partie pourquoi il s'est enflammé aussi vite lors de l'accident à Lac-Mégantic », souligne M. Belkaloul. Il avance également que la problématique de l'utilisation du wagon-citerne 111 est soulevée depuis une quinzaine d'années par le BST.

M. Belkaloul précise que le NTSB, le pendant américain du BST, recommande d'ailleurs aux transporteurs de matières dangereuses que les matières dangereuses appartenant aux groupes GE I et GE II soient convoyées dans des wagons-citernes de classe 111 plus résistants que les originaux. Le BST poursuit son enquête et ses tests sur les wagons-citernes impliqués dans l'accident de Lac-Mégantic. « Basé sur les résultats que nous obtiendrons, c'est une piste que l'on envisage, explique M. Belkaloul. Et, éventuellement, c'est là où l'on va aller. »

C'est pourquoi le BST a transmis un avis de sécurité à Transports Canada et à son homologue américain, la Pipeline and Hazardous Materials Safety, pour qu'ils revoient leurs normes de sécurité en matière d'emballage pour le transport de ce type de pétrole.

Greenpeace réclame l'intervention d'Ottawa

« Le gouvernement fédéral doit concentrer ses efforts sur la protection de nos communautés et non pas sur le maintien des bas prix de transport pour les compagnies pétrolières qui sont milliardaires », déplore le porte-parole de Greenpeace Canada, Patrick Bonin. L'organisme écologiste réclame du gouvernement fédéral :

  • L'interdiction du transport de pétrole dans les wagons-citernes de classe 111
  • L'obligation d'avoir un minimum de deux conducteurs à bord des trains transportant du pétrole
  • La mise en place d'une évaluation indépendante de la sécurité dans le transport des hydrocarbures par oléoducs, trains, bateaux et camions incluant des audiences publiques

Greenpeace rappelle qu'il avait déjà exprimé ses inquiétudes sur les risques liés au transport de pétrole par train et l'utilisation des wagons-citernes de classe 111 avant l'accident de Lac-Mégantic.

Au gouvernement de réglementer, dit le NPD

« Il est temps que le gouvernement commence à réglementer le transport par rail au Canada dans l'intérêt du public », a déclaré le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, au terme du caucus de sa formation politique, qui se tenait à Saskatoon.

M. Mulcair montre du doigt les gouvernements libéral et conservateur qui se sont succédé au pouvoir en soulignant que « la dernière chose qu'on coupe quand on réglemente, c'est la protection du public; or, des gouvernements libéraux et conservateurs successifs ont éviscéré des protections du public en laissant des compagnies se réglementer elles-mêmes ».

Les gouvernements ne réglementent plus, ils se fient à ce que racontent les compagnies même quand c'est des faussetés.

Thomas Mulcair, chef du NPD

Thomas Mulcair cite l'exemple du contenu des wagons mal étiqueté tel que révélé mercredi par le BST.

L'accident ferroviaire du 6 juillet dernier à Lac-Mégantic a coûté la vie à 47 personnes.

À lire aussi : Six sections posent problème, selon Transports Canada

https://ici.radio-canada.ca/sujet/lac-megantic Consultez notre section spéciale.

Société