•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les impacts au Canada

Impacts des changements climatiques au pays
Radio-Canada

PERGÉLISOL

Le pergélisol recouvre environ 25  % de toute la surface de l'hémisphère nord. Juste au Canada, cela représente près de 70  % de la surface émergée du pays. Il s'agit d'un sol gelé en profondeur depuis au moins deux ans, dans lequel les nutriments et les gaz provenant de la décomposition de la matière organique s'accumulent avec le temps.

Avec le réchauffement climatique, la partie du sol dégelant en été est de plus en plus profonde, permettant l'évacuation d'une plus grande quantité de gaz à effet de serre, principalement du méthane, un gaz environ 20 fois plus puissant que le gaz carbonique.

De plus, la déformation du sol occasionnée par ce dégel touche les routes, les aéroports et les infrastructures du nord du pays. On estime ainsi que la moitié de la superficie du Québec connaît ou connaîtra dans un avenir proche des difficultés en raison du dégel du pergélisol. Un problème que les communautés isolées du Grand Nord canadien n'ont pas toujours les moyens d'affronter.

Les défis des communautés du nord du Québec en matière de pergélisol sont énormes : la majorité des villages du Nunavik n'ont en effet pas été initialement construits dans l'optique d'un dégel important des sols. C'est donc des quartiers entiers qu'il faut construire ou déplacer, avec des moyens techniques en termes de machinerie souvent limités.

Daniel Fortier, professeur au Département de géographie de l'Université de Montréal

Qui dit fonte d'un sol gelé dit aussi drainage de celui-ci. Certains sols deviennent alors plus secs, ce qui nuit à la végétation.

FONTE DE LA BANQUISE

La hausse des températures entraîne la fonte des glaciers terrestres mondiaux, mais aussi celle de la banquise arctique, qui agit comme un grand miroir réfléchissant les rayons du Soleil. Comme l'eau de mer absorbe beaucoup plus de chaleur que la glace, la fonte de la banquise favorise la hausse de la température de l'eau, qui elle-même favorise la fonte accélérée de la banquise.

Les pertes annuelles des glaciers en ArctiqueLes pertes annuelles des glaciers en Arctique Photo : Découverte

Depuis 1979, l'étendue de la banquise a chuté de plus de 50  % en été. Mais quand on calcule le volume restant, on parle d'une baisse de 82  % en seulement 35 ans! Nous en sommes donc à 18  % d'un océan libre de glace en été, ce qui devrait arriver quelque part avant 2020; plus de 50 ans plus tôt que les prévisions datant du début des années 2000.

Louis Fortier, professeur à l'Université Laval et directeur de la Chaire du Canada sur la réponse des écosystèmes arctiques au réchauffement climatique

Les scientifiques estiment aussi que d'ici 2100, environ 20  % des glaciers terrestres de l'archipel arctique canadien auront disparu. Ce phénomène, à lui seul, mènerait à une hausse du niveau global des mers de 3,5  cm.

Tout ceci aura des conséquences importantes sur les écosystèmes marins et sur des espèces terrestres, comme l'ours polaire. Le mode de vie traditionnel de certaines communautés nordiques, qui dépendent grandement des espèces marines et de la banquise, sera donc directement touché.

LA HAUSSE DU NIVEAU DE LA MER

La hausse du niveau de la mer est causée principalement par deux facteurs : la fonte des glaciers continentaux et l'expansion thermique de l'eau (une eau plus chaude prend plus de volume).

Au Canada, le phénomène de la hausse du niveau marin est aussi contrôlé par ce qu'on appelle l'isostasie, c'est-à-dire le phénomène d'enfoncement et de surélévation d'un continent. Il y a environ 15  000 ans, un glacier gigantesque de 3 kilomètres d'épaisseur recouvrait le pays. Celui-ci enfonçait le continent comme un bouchon de liège dans l'eau sur lequel on appuie. Avec la déglaciation, ce bouchon continental est remonté et remonte toujours, mais pas partout. Aux extrémités (sur les côtes atlantiques et pacifiques, en l'occurrence), le continent s'enfonce par compensation, ce qui accélère localement la hausse du niveau des mers. Aux îles de la Madeleine, par exemple, la hausse du niveau de la mer est environ deux fois plus rapide que la moyenne mondiale de 3 mm/an, ce qui menace les berges de l'archipel.

Un récent rapport d'Ouranos (organisme dédié à la prédiction des impacts des changements climatiques sur le Québec) est d'avis que certains secteurs des îles de la Madeleine perdront jusqu'à 80 mètres de côtes d'ici 2050, ce qui correspond à la longueur d'un terrain de soccer!

Guillaume Marie, professeur au Département de géographie de l'Université du Québec à Rimouski

Le réchauffement climatique entraînera également un nombre accru de tempêtes. Des inondations plus fréquentes sont donc à prévoir un peu partout au pays et seront un problème de plus à gérer pour les communautés côtières.

FAUNE, FLORE COMMUNAUTÉS NORDIQUES

La hausse des températures de surface a des conséquences importantes sur la faune et la flore canadienne. La limite nordique de la forêt dans le nord du Québec avance de plusieurs centaines de mètres par année, modifiant petit à petit les écosystèmes. Des espèces venues du sud, comme la tique responsable de la maladie de Lyme et le moustique porteur du virus du Nil, font leur apparition dans la région de Montréal et de Québec. Le renard roux devient une menace dans le Grand Nord, prenant progressivement la place du renard arctique.

La durée de la saison estivale s'allonge partout, modifiant la floraison des plantes et l'arrivée de certaines espèces migratrices. À cela s'ajoutent des modifications nécessaires à notre agriculture, qui peine à s'adapter dans certaines régions du pays. Dans les régions nordiques, toutefois, la hausse des températures augmentera les possibilités de culture de fruits et de légumes frais.

Mise au point

Une version précédente de cet article montrait la photo d'un ours blanc debout sur un morceau de banquise à la dérive. Or, il s'agissait d'un photomontage que nous avons utilisé par erreur. Nous sommes désolés des inconvénients.

Environnement