ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture de deux Couche-Tard : les avocats plaident

Enseigne de Couche-Tard

Enseigne de Couche-Tard

Radio-Canada

Le dossier opposant la CSN et Alimentation Couche-Tard relativement à la fermeture inopinée de deux dépanneurs en 2011 a franchi une autre étape, lundi, avec le début des plaidoiries des avocats devant la Commission des relations de travail (CRT).

La campagne de syndicalisation des dépanneurs Couche-Tard entreprise par la CSN en janvier 2011 avait été brusquement interrompue à la suite de la fermeture de deux succursales montréalaises - l'une syndiquée et l'autre en voie de l'être.

Le syndicat reproche au président de l'entreprise québécoise, Alain Bouchard, d'avoir présenté à tous les employés une vidéo dans laquelle on le voyait affirmer que les succursales ne pourraient soutenir les coûts d'un syndicat et qu'en présence d'un syndicat, tous les scénarios pouvaient être envisagés, y compris la fermeture.

Depuis, la Confédération des syndicats nationaux réclame près d'un million de dollars pour chacun des groupes d'employés des magasins fermés. Une somme additionnelle pour chacun des requérants est également réclamée afin de compenser une tentative d'entrave, de menace et d'intimidation.

De son côté, Alimentation Couche-Tard s'est justifié en affirmant que les deux dépanneurs, situés sur les rues Jean-Talon et Saint-Denis, avaient été fermés parce qu'ils n'étaient pas rentables.

Mardi, les avocats de l'entreprise québécoise vont débuter leurs plaidoiries. Me Éric Levesque, qui représente la CSN, a terminé la sienne lundi.

Le commissaire Alain Turcotte devrait ensuite mettre le dossier en délibéré.

La Presse Canadienne

Économie