•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Base de plein air de Sainte-Foy : terrain de prédilection pour le sport extrême

Radio-Canada

La base de plein air de Sainte-Foy pourrait devenir un terrain à vocation sport extrême dans les prochaines années.

Du moins, c'est ce qu'a affirmé le maire Labeaume, dimanche, au moment de l'annonce de la première phase des travaux à la base de plein air. La Ville et le gouvernement du Québec investissent 6 millions de dollars pour la construction d'un pavillon d'accueil et l'aménagement de terrains de volleyball.

Le maire honore ainsi un engagement électoral de 2009. Régis Labeaume souhaite réaménager et faire connaître cet îlot vert situé en plein cœur de la Ville de Québec.

« Faire de la ville de Québec la ville la plus attrayante au pays, ce n'est pas un rêve. Ce qu'on annonce aujourd'hui c'est évidemment pour améliorer la qualité de vie des gens. On est convaincu que ça, comme la promenade Samuel-de-Champlain, comme bien des choses à Québec, sont de nature à convaincre les gens à rester ici, et surtout d'inviter de nouvelles familles à vivre à Québec », dit-il.

Au total, 17 millions de dollars seront investis dans le réaménagement de la base de plein air dans les prochaines années. Ces travaux comprennent notamment l'aménagement de chantiers pédestres et d'une nouvelle plage.

Après quoi, le maire Labeaume souhaite faire de la base de plein air un endroit de prédilection pour la pratique de sports extrêmes, tels que le BMX, la planche à roulettes et la planche à neige.

« On va commencer à organiser le site pour que les gens de Québec s'amusent, mais on est fort conscient qu'éventuellement dans la vision, il y a la capacité de produire des compétitions internationales », dit-il.

Régis Labeaume affirme que la Ville a déjà eu des offres pour accueillir des événements sportifs d'envergure.

Une initiative que Patrick Drouin, cofondateur de Gestev, accueille avec intérêt. « Cela va diriger nos recherches futures », conclut-il.

Québec

Politique