•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le roi et son ver

Le roi Richard III

Reconstitution de l'apparence du roi Richard III

Photo : AFP / JUSTIN TALLIS

Radio-Canada

Richard III, roi d'Angleterre du XVe siècle, était porteur d'un ver intestinal parasite, affirment des chercheurs britanniques.

Ascaris lumbricoidesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Exemple d'un ver Ascaris lumbricoides

Photo : Université Johns Hopkins

Le Dr Piers Mitchell et ses collègues de l'Université de Cambridge ont réalisé des prélèvements sur les restes, trouvés dans un stationnement en 2012, du monarque controversé - le roi scélérat éponyme de la pièce de Shakespeare.

Dans un article publié dans la revue The Lancet, ils expliquent avoir décelé de multiples oeufs d'un ver rond parasite de l'espèce Ascaris lumbricoides.

L'infestation du roi est probablement liée à la mauvaise hygiène médiévale, mais elle reste encore fréquente de nos jours dans les pays en voie de développement.

Le saviez-vous?

Selon l'Organisation mondiale de la Santé, les formes graves de l'ascaridiose sont responsables de 60 000 décès par an, principalement chez les enfants.

Les restes du roi lors de leur découverteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les restes du roi lors de leur découverte

Photo : AFP

Habituellement, la contamination se fait à partir des oeufs ingérés à partir de fruits et légumes crus souillés par des fèces contaminées. Ces derniers éclosent dans l'intestin, libèrent des larves qui traversent la paroi intestinale pour atteindre le foie et les poumons par voie sanguine et finissent par retourner vers la gorge, où elles sont dégluties, et redescendent dans le tube digestif, où elles terminent leur développement.

Le ver adulte peut dépasser les 30 cm, et la femelle pond approximativement 200 000 oeufs par jour.

Ce sont des prélèvements réalisés au niveau du sacrum, dans la zone où se seraient trouvés les intestins de son vivant, qui ont permis de mettre en évidence cette contamination.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science