•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

FrancoSud : un seul conseil scolaire pour le sud de l'Alberta

Un crayon sur un cahier

Les deux conseils scolaires francophones du sud de l'Alberta sont devenus officiellement vendredi une seule autorité régionale.

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La fusion des deux conseils scolaires francophones du sud de la province a été approuvée par le gouvernement albertain.

Le regroupement du conseil des écoles catholiques avec celui des écoles publiques éliminera le dédoublement de ressources, souligne la province.

« Je sais que le nouveau conseil sera plus efficace, améliorera les services et renforcera les communautés francophones du sud de l'Alberta », a affirmé le ministre de l'Éducation, Jeff Johnson, par voie de communiqué vendredi matin.

Les écoles francophones d'Airdrie, Brooks, Calgary, Canmore, Cochrane, Lethbridge, Okotoks et Medicine Hat seront dorénavant gérées par le conseil scolaire FrancoSud.

Les écoles actuellement catholiques demeureront confessionnelles.

Le conseil catholique gère présentement quatre écoles à Calgary et dans le sud-ouest de l'Alberta, et le conseil public, neuf écoles dans tout le sud de l'Alberta.

La présidente du conseil scolaire catholique et francophone du sud de l'Alberta, Diane Boutin, soutient que les conseils avaient consulté les citoyens avant de proposer la fusion et qu'elle était heureuse de la décision du gouvernement provincial.

Au lieu d'un conseil proportionnel aux nombres d'élèves d'écoles publiques et catholiques comme le souhait d'abord le ministre de l'Éducation, la province a opté pour une répartition égale des conseillers.

« S'il y a des décisions où il y a un élément de catholicité qui rentre dans la décision, c'est la société des conseillers catholiques qui va prendre la décision pour les écoles catholiques uniquement », a expliqué la conseillère scolaire Anne-Marie Boucher.

Ce nouvel arrangement ne plaît toutefois pas au conseiller Marco Bergeron qui craint que les écoles situées à l'extérieur de Calgary ne soient pas bien représentées.

« C'est qu'il y avait deux représentations dans le sud et maintenant il n'y en a qu'un », a-t-il dit.

D'ici l'élection de conseillers scolaires en octobre, le ministre Johnson a nommé trois conseillers intérimaires d'écoles publiques, soit Anne-Marie Boucher, Marco Bergeron et Oumar Lamana, et trois autres d'écoles catholiques, soit Diane Boutin, Sylvie Roth et Paul Bourassa.

La fusion des conseils scolaires survient après quatre ans de discussions avec le gouvernement albertain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !