•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand papi travaille encore

De plus en plus de travailleurs de 65 ans et plus choisissent de continuer à travailler.
De plus en plus de travailleurs de 65 ans et plus choisissent de continuer à travailler. Photo: Myriam Fimbry
Radio-Canada

Ils sont en bonne santé et ne veulent pas s'arrêter. À plus de 65 ans, et même parfois plus de 80 ans, ils troquent les pantoufles de la retraite contre quelques années de travail en plus, que ce soit par nécessité financière ou par choix.

Un reportage de Myriam Fimbry à Désautels le dimanche (Nouvelle fenêtre)

Au printemps dernier, le rapport D'Amours s'inquiétait de l'avenir des retraités québécois. Le compte en banque de bien des aînés et de futurs aînés n'est pas assez garni.

Claude Bernier, 84 ans, a pourtant travaillé toute sa vie, d'abord dans un journal, puis au gouvernement fédéral. Bilan des courses : son fonds de pension ne lui assure pas de quoi vivre, à lui et à son épouse éprouvée par la maladie. Il faut payer des frais de médicaments, et toutes ses économies ont fondu dans l'affaire Norbourg. Il continue donc à faire de la traduction à la maison, malgré un âge avancé. 

Je demeure un véritable citoyen, pas un vieux qui est sur une voie d'évitement en attendant de mourir.

Claude Bernier


Pour écouter cet extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici. (Nouvelle fenêtre)

Le plaisir de voir du monde

Denis Bernier, 66 ans, s'est déjà ennuyé pendant ses vacances, alors que sa femme travaillait. Alors il prendra sa retraite le plus tard possible. Pour lui, un emploi à temps partiel, quelques heures par jour, c'est parfait. Il travaille au rayon des bois et matériaux du Réno-Dépôt de Notre-Dame-de-Grâce. Dans ce magasin, sur 123 employés, 10 ont plus de 65 ans. Lui se félicite de travailler avec les jeunes : « Ils nous demandent notre aide ».

Pour écouter cet extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

L'expertise recherchée

Que ce soit dans le secteur de la santé ou dans un magasin de matériaux, vieillir est souvent un atout. Les employeurs tentent d'attirer et de retenir ceux qui ont de l'expérience et qui vouent une passion pour leur travail.

Passionné? C'est le cas du docteur Raphaël Bélanger, un jeune homme de 75 ans, qui n'arrive pas à décrocher de la clinique d'endocrinologie et de l'enseignement auprès des futurs médecins. 

Il y a ce goût de transmettre. Je ne me vois pas arrêter complètement.

Dr Raphaël Bélanger

Pour écouter cet extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre).

Sommes-nous condamnés à travailler toute notre vie?

- Seul 1 Canadien sur 4 prévoit de prendre sa retraite avant 66 ans (sondage de la Financière Sun Life)
- 71 % des baby-boomers s'attendent à occuper un emploi à temps partiel après leur retraite officielle (sondage BMO Groupe financier)
- Les plus de 55 ans ont mis la main sur 83 % des emplois créés en 2012 au Québec (Institut de la Statistique du Québec)

Et vous?

Ce bouleversement n'est pas sans conséquence sur le milieu du travail. Pensons aux impacts sur les perspectives de carrière des plus jeunes ou encore à la transmission de connaissances.

Nous vous posons donc la question, peu importe votre âge : les 65 ans et plus au travail, une richesse ou un fardeau? Dites-le-nous ci-dessous; une sélection de vos témoignages sera diffusée à l'émission ce dimanche.

Société