•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plats santé et aliments locaux au menu dans les écoles du District scolaire francophone sud

Des agriculteurs au Nouveau-Brunswick

Des agriculteurs au Nouveau-Brunswick

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le District scolaire francophone sud, au Nouveau-Brunswick, montre la porte aux grandes entreprises qui géraient jusqu'ici les cafétérias de certaines écoles francophones du sud de la province.

Des repas plus santé, préparés à partir d'ingrédients locaux, seront au menu dans une vingtaine d'écoles du District à compter de septembre.

Le District et La Récolte de chez nous, une coopérative de fermiers du sud-est de la province, unissent leurs efforts pour lancer le programme.

Les organisateurs avouent que nourrir près de 8000 élèves du District est ambitieux. Ils misent cependant sur les effets à long terme du projet : l'implantation de l'initiative dans toute la province.

Il s'agit d'une occasion en or pour les agriculteurs, selon Mathieu D'Astous, directeur général de la coopérative Récolte de chez nous. « Ça permet de trouver de nouveaux débouchés pour nos membres producteurs, ça fait qu'on peut contribuer à leur prospérité. »

La cafétéria de l'École Saint-Anne de FrederictonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La cafétéria de l'École Saint-Anne de Fredericton

Certains produits seront disponibles à l'année, d'autres selon les saisons. « On peut entreposer la pomme de terre et la carotte, mais les autres légumes, c'est plus difficile », explique le cultivateur Marc Michaud.

La nourriture locale est déjà servie dans quelques écoles du Nouveau-Brunswick. Des écoles comme le Centre communautaire Sainte-Anne, de Fredericton, ont embauché de nouvelles équipes l'an dernier pour offrir un nouveau menu plus santé à la cafétéria, en servant des mets concoctés à partir de produits locaux.

L'école Blanche-Bourgeois de Cocagne a été précurseur dans ce domaine. Elle offre des produits locaux à ses élèves depuis deux ans.

Le cultivateur Léopold Bourgois lui fournit des fruits frais. Il souligne qu'offrir ses produits à plus grande échelle est un défi de taille. « Ce projet ici, ça essaie d'organiser tout ça dans un bureau central et de mieux coordonner les choses. »

Les parents appuient le projet

L'objectif initial, de fournir une meilleure alimentation aux élèves, est fort bien accueillie par les parents, comme Stéphanie Hopper.

« Quand on prend cet effort-là au niveau de la maison, c'est toujours décevant de savoir que quand ils vont à l'école, ils n'ont pas cette option-là, dit-elle. Alors, c'est vraiment une bonne nouvelle. »

Un autre parent, Andy Samuel, affirme qu'il sera désormais plus enclin à payer les repas de ses enfants à la cafétéria, sachant qu'ils sont bons pour la santé et l'environnement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie