•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les compteurs intelligents ne font pas l'affaire de tous

Le reportage de Louis-Philippe Ouimet

Malgré la controverse que les compteurs intelligents d'Hydro-Québec ont suscitée, leur installation va bon train, mais certains consommateurs émettent des doutes et ne veulent pas de ces nouveaux appareils.

Chaque jour, Hydro-Québec installe 6000 compteurs intelligents dans les foyers de la grande région de Montréal. En tout, 450 000 compteurs de nouvelle génération ont été installés depuis le début de l'opération.

Ces nouveaux compteurs peuvent être lus à distance à l'aide d'un émetteur-récepteur installé à proximité. Hydro-Québec pourrait ainsi économiser jusqu'à 200 millions de dollars d'ici 20 ans, car la société d'État n'aurait plus besoin d'envoyer des employés pour prendre les données.

Et les voleurs d'électricité auront la tâche plus difficile. « Il est lu à distance, donc si quelqu'un essaie de manipuler le compteur, il va y avoir une alerte. Ça va être plus difficile de faire de la subtilisation d'énergie », dit Patrice Lavoie, porte-parole d'Hydro-Québec.

Des centaines de citoyens ne voient toutefois pas d'un bon oeil l'arrivée de ces nouveaux appareils.

Claire Maltais a mis du papier d'aluminium sur ses nouveaux compteurs.Claire Maltais a mis du papier d'aluminium sur ses nouveaux compteurs.

« Je me sens attaquée dans ma maison », confie Claire Maltais, qui a mis du papier d'aluminium sur ses nouveaux compteurs pour diminuer les émissions de radiofréquences. Elle dit craindre que les ondes transmises la rendent malade.

« Moi, j'ai fait de l'arythmie. C'est sûr que c'est difficile à prouver, mais étonnamment, ça a commencé avec l'arrivée de ces compteurs », dit-elle.

Même si Santé Canada soutient que les nouveaux compteurs sont sécuritaires, sur Internet, de nombreux témoignages évoquent des ennuis de santé à la suite de l'installation à la maison d'un compteur intelligent.

Hydro-Québec assure que ces problèmes ne sont pas liés à ses nouveaux compteurs.

« Si des gens disent ressentir des symptômes, on ne dit pas qu'ils mentent. Mais on sait que ça ne peut pas être relié aux compteurs de nouvelle génération », affirme Patrice Lavoie.

Seulement 1 % des clients visités jusqu'à présent, soit 1500 personnes, ont refusé qu'Hydro-Québec installe un nouveau compteur chez eux. Ils ont donc décidé de payer annuellement près de 200 $ pour avoir un compteur non communicant.

D'après un reportage de Louis-Philippe Ouimet

Économie