•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fois où : de courtes histoires radiophoniques

Là fois où :
Là fois où : de courtes histoires radiophoniques /nouvelles/arts_et_spectacles/brouillon/075-fois-histoires-radiophoniques.shtml

On dit que les histoires les plus courtes sont toujours les meilleures. Né d'une passion pour la radio et inspiré de la mise en récit (storytelling,) diffusée en Europe et aux États-Unis, le site La fois où propose de courtes histoires loufoques et intemporelles.

« Tout le monde aime les bonnes histoires, et la radio est le médium tout désigné pour en raconter », affirme Xavier Kronström Richard, le concepteur du projet, développé en partenariat avec ICI Radio-Canada Première.

La fois où s'inscrit dans cette nouvelle façon de raconter des histoires dans Internet. « On a tenté d'exploiter d'une manière la plus cohérente et artistique possible les nouveaux outils technologiques mis à notre disposition sur le web (gifs, Soundcloud, balado, etc). Ces nouveaux outils changent notre façon de raconter des histoires, et c'est assez fascinant de suivre l'évolution de ces pratiques avec des projets concrets », explique-t-il.

Les voix qu'on y entend sont issues principalement du monde de la radio, mais le micro est ouvert à tous. On offre même le choix de produire sa propre histoire ou de confier sa production à l'équipe de La fois où.

Voici quelques exemples :

La fois où je suis tombé dans une fosse septique en Inde (lors d'une date), par Julien Bernard

La fois où le chamelier est tombé en amour avec moi, par Elizabeth Ryan

La fois où j'ai mangé du requin pourri en Islande, par Benoît Poirier

La fois où j'ai caché un pénis dans le casque de Jaroslav Halák, par Jeik Dion

La fois où j'ai joué un tour à Patrick Roy au Marie-Antoinette, par Dominik Langlois

La fois où je me suis fait un fan chinois, par Louis-Simon Pilote

La fois où j'ai créé une machine à faire des coups de téléphone, par Anonyme

Un texte de Mathieu Valiquette

Humour

Arts