•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sears Canada supprime 245 emplois, dont 38 au Québec

Magasin Sears (archives)

Magasin Sears (archives)

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Elise Amendola

Radio-Canada

Sept mois après avoir mis à pied quelque 700 employés (Nouvelle fenêtre), Sears Canada supprime à nouveau des emplois. Cette fois, ce sont 245 employés qui sont touchés, dont la plupart au siège social de l'entreprise, qui se trouve à Toronto.

Selon un porte-parole du détaillant, 138 de ces coupes ont lieu dans son service des technologies de l'information, 99 autres dans celui des finances et 8 au service de paie.

Environ 200 des employés touchés travaillent dans la région de Toronto, tandis que 38 d'entre eux sont à Montréal et six à Belleville, en Ontario.

Le porte-parole, Vincent Power, a indiqué mardi que la charge de travail des employés touchés serait transférée à des fournisseurs externes, mieux équipés et plus spécialisés, qui pourront effectuer le travail de façon plus efficace.

Sears a choisi d'externaliser ces tâches parce que l'expertise dont elle avait besoin aurait exigé des investissements dans des secteurs qui ne sont pas liés à ses activités principales de commerce de détail.

Avec ce changement, Sears estime qu'elle pourra mieux se concentrer sur des investissements plus prioritaires. Elle veut notamment améliorer son offre de produits, ses normes de présentation visuelle et ses techniques de commerce électronique et de marketing.

Les employés touchés par les mises à pied ont été avisés lundi de la situation et leur départ aura lieu dans les trois à six prochains mois.

En janvier dernier, Sears avait supprimé 700 postes, dont 135 au Québec, une décision qui s'inscrivait dans le cadre de la restructuration du modèle d'affaires de la compagnie.

Sears Canada procède depuis quelques mois à une restructuration de ses activités pour convaincre les consommateurs de revenir visiter ses magasins, après des années de recul des ventes. La chaîne se prépare en outre à l'arrivée au pays de nouveaux concurrents américains, notamment le détaillant à prix réduits Target.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie