•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La future charte des « valeurs québécoises » attendue de pied ferme

Une femme portant le niqab, à l'extérieur d'une cour de l'Ontario à Toronto

Photo : CP/Chris Young

Radio-Canada

Le ministre des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville, doit présenter sa charte des « valeurs québécoises », un enjeu sensible, dans environ un mois. Le ministre Drainville refuse de commenter les informations selon lesquelles son gouvernement souhaite bannir les signes religieux des institutions publiques.

Selon des informations de l'agence QMI, le gouvernement du Québec s'apprête à interdire le port du turban, du voile intégral, de la kippa et autres signes religieux ostentatoires.

Les écoles privées seraient toutefois épargnées, tout comme les garderies non subventionnées et les services de garde en milieu familial.

« Le gouvernement a clairement dit qu'il souhaitait ramener le principe de l'égalité homme-femme, de faire en sorte de clarifier ces situations-là; pour le reste, M. Drainville est au clair », a commenté le président du Conseil du Trésor, Stéphane Bédard. « Il fera connaître la position du gouvernement en temps et lieu. »

Une source a confié à Radio-Canada que l'article illustrait bien « l'intention » du gouvernement.

Une charte radicale?

L'opposition n'a pas tardé à dénoncer la position du gouvernement dans cet épineux dossier. « Le Parti québécois tente de faire diversion », avance le député du Parti libéral du Québec (PLQ), Raymond Bachand. Il reproche au gouvernement de tenter de détourner l'attention de la situation de l'emploi et des finances publiques en braquant les projecteurs sur un autre sujet.

Sur le fond, M. Bachand estime que le projet de charte des valeurs québécoises, tel que décrit par QMI, va trop loin. « On va attendre de voir le projet, mais ce qu'on lit dans le Journal de Montréal dépasse ce qui est raisonnable. »

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, déplore quant à lui les positions du gouvernement et du PLQ. Il estime que celle du PLQ est trop molle alors qu'il qualifie celle du gouvernement de « radicale ». « Plus de signe religieux nulle part, pas d'accommodements », déplore M. Legault. « Nous ferons connaître notre position qui en sera une équilibrée », a-t-il poursuivi.

Québec solidaire (QS) déplore également le bannissement de signes religieux dans l'appareil étatique. La porte-parole de QS, Françoise David, estime que l'État doit être laïque, mais pas nécessairement les employés qui dispensent les services aux citoyens. Elle estime que la croix qui trône au-dessus du président de l'Assemblée nationale devrait être déplacée avant d'imposer la laïcité aux employés de l'État. La prière devrait aussi être proscrite avant les conseils municipaux, selon Mme David.

On s'attaque à des symboles et aux individus [...], mais au fond on ne règle rien. Pendant ce temps l'État continuera à subventionner les écoles religieuses à hauteur de 60 %.

Françoise David, députée de Gouin pour Québec solidaire

Mme David souligne toutefois quelques exceptions. Son parti s'oppose au port du voile intégral dans la fonction publique et au port de signe religieux pour les personnes qui « représentent directement l'autorité de l'État ». Mme David a cité, à titre d'exemple, les juges, policiers, procureurs de la Couronne et les gardiens de prison.

Mme David a également déploré que les femmes soient les plus touchées par ces nouveaux interdits. « Ce débat touche des milliers de personnes, et surtout - à 90 % probablement - des femmes », précise Mme David.« Peut-on vraiment intégrer en excluant? », questionne Mme David par communiqué.

Le bannissement des signes religieux ostentatoires, s'il est inclus dans la charte des valeurs québécoises, irait ainsi plus loin que les recommandations émises dans le rapport de la Commission de consultation sur les pratiques d'accommodement reliées aux différences culturelles - mieux connu sous le nom de commission Bouchard-Taylor - publié en 2008.

Le rapport de plus de 300 pages de la commission Bouchard-Taylor, du nom de leurs auteurs Gérard Bouchard et Charles Taylor, formulait 37 recommandations. Entre autres, ils proposaient au gouvernement du Québec de produire un livre blanc sur la laïcité, de promouvoir l'interculturalisme, de mieux intégrer ses immigrants et de les protéger plus efficacement contre toute forme de discrimination.

La charte des valeurs, un débat de société

Un pas dans la mauvaise direction?

Le bannissement de tous signes religieux apparaît inconcevable pour l'un des coprésidents de la commission Bouchard-Taylor, Charles Taylor. « C'est un pas dans la mauvaise direction parce que ça va nous diviser profondément », explique M. Taylor.

M. Taylor rappelle que le principe des conclusions du rapport de la commission qu'il a coprésidé était simple : « les institutions sont neutres et les individus sont libres ».

Il convient que l'interdiction de certains symboles religieux dans certaines fonctions est nécessaire et souhaitable, notamment lorsque le symbole religieux pose un problème de fonctionnement dans l'emploi occupé. Il cite l'exemple d'une personne qui voudrait enseigner avec un niqab. Le port d'un tel vêtement entre en conflit avec la fonction, selon lui. « Ça empêche de voir les élèves ou que les élèves te voient, ça, c'est fonctionnellement à proscrire », poursuit-il.

Mais, une proscription absolument généralisée de toute une catégorie de la population suivant leurs convictions religieuses, c'est du jamais vu. C'est littéralement inouï.

Charles Taylor

Une telle charte provoquerait des divisions profondes, selon M. Taylor. « Ça exclut des gens de la société québécoise à part entière », poursuit-il. Il déplore que les accommodements visent à retirer « des obstacles existants » alors que la charte créerait « toute une catégorie de nouveaux.obstacles ».

Le Mouvement laïque québécois ne veut pas de crucifix à l'Assemblée nationale

Lucie Jodin, la présidente du Mouvement laïque québécois, estime que de telles mesures sont justifiées. « Les éducatrices ou les enseignantes au primaire qui portent le voile donnent une image auprès des enfants en bas âge, primaire et préscolaire, de femmes avec un voile, que l'on pourrait considérer comme soumises. Ce n'est pas cette image que l'on veut transmettre à nos enfants, à nos filles », explique-t-elle en entrevue à l'émission 24 heures en 60 minutes.

Toutefois, la militante laïque souhaite que le gouvernement aille plus loin, dans l'application de la laïcité. Elle souhaite ainsi que le crucifix qui se trouve dans l'enceinte de l'Assemblée nationale soit retiré. « Ça, on voudrait qu'il soit retiré, parce que c'est dans l'Assemblée nationale, là où sont prises les décisions, il devrait faire partie d'une autre salle, où ce serait le patrimoine », explique-t-elle.

Politique provinciale

Politique