ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les manifestations se poursuivent malgré le couvre-feu en Égypte

Des militaires contrôlent des voitures après le début du couvre-feu au Caire
Des militaires contrôlent des voitures après le début du couvre-feu au Caire Photo: AFP / KHALED DESOUKI
Radio-Canada

Le site d'Al-Jazira rapporte que des manifestations dénonçant le renversement du président Mohamed Morsi, début juillet, ont lieu dans plusieurs villes du pays malgré le couvre-feu.

L'envoyé spécial de Radio-Canada au Caire, Akli Aït Abdallah, rapporte également que des manifestants ont bravé le couvre-feu dans la capitale égyptienne. Les Frères musulmans ont aussi lancé un appel à « une journée de la colère », le 30 août prochain.

Des milliers de personnes se seraient rassemblées à l'appel de la Coalition nationale du soutien à la légitimité. Ces manifestations s'inscrivent dans une série d'actions de ce qui est appelé « La semaine de la chute du coup d'État », selon Al-Jazira.

La Coalition nationale du soutien à la légitimité lance un appel, selon Al-Jazira, à une « désobéissance civile progressive » jusqu'au rétablissement de la légitimité, soit le rétablissement du président Mohamed Morsi dans ses fonctions.

Selon Al-Jazira, les manifestations ont eu lieu en milieu d'après-midi, après la prière à Assiout, Qena, Beni Soueif, Ismaïlia, Sohag, Al-Minya, Nasr City, dans la banlieue du Caire, et Aïn Chams, au Caire et Hélouane, dans la banlieue sud de la capitale.

Par ailleurs, lors d'une conférence de presse mardi, la coalition a lancé un appel au boycottage des médias qui « soutiennent le coup d'État », ainsi que les hommes d'affaires et les produits des pays qui « soutiennent le coup d'État ».

L'aide américaine en question

L'aide prodiguée par Washington à l'Égypte fait l'objet d'une polémique entre les deux pays.

Le président Barack Obama doit réunir le Conseil de sécurité nationale pour discuter de cette aide. Le porte-parole de la Maison-Blanche, Josh Earnest, a toutefois indiqué qu'il ne fallait pas s'attendre à une annonce majeure.

Dans la foulée, M. Earnest a démenti la rumeur selon laquelle les Américains ont déjà suspendu leur aide.

« Les informations publiées qui affirment que l'aide à l'Égypte a été interrompue sont inexactes », a-t-il dit.

Devant ces déclarations, les nouvelles autorités égyptiennes ont réagi vivement par la voix du premier ministre par intérim Hazem Beblawi.

Il a averti que si Washington venait à geler ou couper son aide à l'Égypte « cela serait un mauvais signal et cela affecterait l'armée pendant un certain temps ». Mais il a ajouté : « n'oublions pas que l'Égypte a vécu avec le soutien militaire de la Russie et que nous avons survécu. Ce ne se serait donc pas la fin du monde et nous pouvons vivre dans des circonstances différentes », a-t-il souligné.

L'Égypte est depuis des décennies une alliée des États-Unis qui lui versent chaque année 1,3 milliard de dollars d'aide militaire et 250 millions de dollars d'assistance économique.

Par ailleurs, le premier ministre égyptien a assuré que son pays avançait dans la bonne direction.

Quand une démission devient un délit

Mohamed ElBaradei, lauréat du prix Nobel de la paix, sera poursuivi en justice pour avoir quitté son poste de vice-président égyptien, ce qui constituerait une « rupture de confiance », selon la poursuite.

Le 14 août dernier, Mohamed ElBaradei avait démissionné, disant avoir de la difficulté à cautionner le bain de sang qui a résulté des affrontements entre l'armée et les pro-Morsi.

Déposée par un professeur de droit de l'Université d'Hélouan, le Pr Sayyed Ateeq, la plainte sera instruite le 19 septembre devant un tribunal du Caire, ont indiqué des sources judiciaires mardi.

Ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et coleader du Front de salut national (FSN), ElBaradei était la personnalité libérale la plus en vue à soutenir le renversement, le 3 juillet, par l'armée du président Mohamed Morsi. Il jouit d'un certain prestige dans les chancelleries occidentales, et sa nomination au sein du nouveau gouvernement égyptien agissait comme une caution pour les nouveaux maîtres du pays.

La tête des Frères musulmans visée par la police

Mohamed BadieLe ministère de l'Intérieur égyptien a publié des images de l'arrestation de Mohamed Badie Photo : AFP

Quelques heures après l'arrestation au Caire du guide suprême des Frères musulmans en Égypte, Mohamed Badie, la confrérie islamiste a nommé un chef par intérim.

Mahmoud Ezzat, un des adjoints de M. Badie au sein de l'exécutif de la confrérie du président islamiste déchu Mohamed Morsi, assumera les fonctions de guide suprême sur une base temporaire, ont annoncé les Frères musulmans sur leur site Internet.

Mohamed Badie, 70 ans, a été appréhendé tôt mardi matin avec deux autres hauts dirigeants du mouvement dans un appartement du quartier de Nasr City, tout près de la place Rabia al-Adawiya, où plus de 280 partisans de M. Morsi ont été tués mercredi.

Des médias locaux ont diffusé des images du guide prostré sur un canapé, les mains croisées sur ses genoux, alors qu'un homme armé d'un fusil se tient debout à côté de lui. Il est placé en détention préventive pour 15 jours et sera jugé pour son présumé rôle dans la mort de huit personnes survenue à l'extérieur du quartier général des Frères musulmans au Caire en juin.

M. Badie est détenu à Tora, la même prison que le président Hosni Moubarak, déchu en 2011 après le soulèvement populaire.

Son arrestation s'ajoute à celle de centaines d'autres membres du mouvement islamiste engagé depuis près d'une semaine dans une épreuve de force sanglante avec les forces de l'ordre, qui a tué près de 900 personnes, essentiellement des partisans de Mohamed Morsi, dont le fils de Badie, Ammar.

Par ailleurs, le quotidien égyptien El Watan rapporte que le fils du président renversé Mohamed Morsi prénommé Ahmed a été arrêté mardi à son domicile. Selon le témoignage de sa soeur sur sa page Facebook, l'arrestation a été brutale. 

Washington a vivement critiqué cette arrestation, estimant que le gouvernement avait trahi par cette action « son engagement à un processus politique rassembleur ».

Le siège des Frères musulmans au Caire incendié lors d'affrontements.Le siège des Frères musulmans au Caire incendié lors d'affrontements.

Erdogan accuse Israël

Le premier ministre turc Reçep Tayyip Erdogan a affirmé mardi qu'Israël était derrière le renversement du président Mohamed Morsi le 3 juillet dernier. M. Erdogan a développé cette thèse lors d'une rencontre de son parti. Il s'est basé sur une déclaration de deux personnalités lors d'un colloque en France : « Le ministre [israélien] de la Justice et un intellectuel juif ont utilisé ces termes : ''Même si les Frères musulmans remportent les élections, ils n'en sortiront pas vainqueurs, car la démocratie ne repose pas sur les urnes" », a-t-il avancé.

Cette déclaration lui a valu une réponse des autorités égyptiennes qui ont souligné que ces affirmations n'avaient « pas de base factuelle ».

Ottawa et Washington ont condamné les propos de M. Erdogan.

Un journaliste égyptien tué

Les forces de sécurité égyptiennes ont tué lundi un journaliste du quotidien officiel Al-Ahram en ouvrant le feu sur une voiture. Elles pensaient que le conducteur du véhicule cherchait à éviter un barrage routier établi pendant le couvre-feu, a annoncé l'armée dans un communiqué.

Tamer Abdel Raouf, chef du bureau d'Al-Ahram dans la province de Bouhayra, a été mortellement atteint, tandis qu'un de ses collègues du journal officiel Al-Gomhoureya a été blessé. Les journalistes ne sont pas tenus de respecter le couvre-feu décrété la semaine dernière par les autorités.

Inquiétude à l'ONU

Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme veut envoyer des observateurs pour évaluer la situation sur le terrain en Égypte, a affirmé mardi une porte-parole à Genève.

« Nous restons alarmés par la poursuite de la violence en Égypte, a-t-elle déclaré. Les décès dans la nuit de dimanche de 36 détenus aux mains de la police sont très préoccupants et doivent faire l'objet d'une enquête complète. »

L'ONU a aussi dénoncé l'embuscade contre un minibus de policiers, lundi, dans la péninsule égyptienne du Sinaï, qui a abouti à la mort de 25 policiers.

Le compte rendu d'Akli Ait Abdallah sur l'arrrestation du guide suprême des Frères musulmans en Égypte :

Égypte : arrestation du guide suprême des Frères musulmans

L'Égypte, entre révolution populaire et pouvoir militaire

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

International