•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La dyslexie liée à un problème d'attention?

La lecture

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Certaines personnes dyslexiques présenteraient des troubles de l'attention visuelle, ce qui explique partiellement leurs symptômes, confirment des chercheurs français.

Contexte
Environ  8 % à 12 % de la population éprouve de la difficulté avec l'alphabet, la lecture, l'écriture et l'épellation, en dépit de méthodes d'enseignement traditionnelles, d'une influence positive du milieu socioculturel et d'une intelligence moyenne à supérieure. La dyslexie est probablement d'origine génétique et représente plus de 80 % de l'ensemble des troubles de l'apprentissage.

De précédentes études laissaient à penser que les personnes dyslexiques ne présentent pas seulement des problèmes phonologiques ou de lecture, mais qu'elles souffriraient aussi de troubles de l'attention visuelle.

Selon Anne Bonnefond et ses collègues de l'Université de Strasbourg, c'est ce phénomène qui expliquerait, en partie du moins, les troubles de lecture des dyslexiques.

La littérature relate des difficultés à traiter les éléments distracteurs chez les sujets dyslexiques. Ils sont plus lents pour réagir à des stimuli incongruents. Cela serait lié à une perturbation de leur attention visuospatiale.

Anne Bonnefond, chercheuse à l'Université de Strasbourg

La chercheuse explique que le champ visuel gauche paraît sous-investi, alors que le champ visuel droit semble au contraire surinvesti chez le dyslexique, d'où de possibles difficultés de lecture.

Pour le confirmer, des sujets dyslexiques et des personnes sans difficultés de lecture ont été soumis à une épreuve purement attentionnelle, sans sollicitation verbale. Les chercheurs ont placé les participants devant un écran sur lequel s'affichait une série de flèches toutes orientées dans le même sens ou dans des directions différentes. Il leur était demandé de fixer le point central et de dire dans quel sens était orientée la flèche du centre. Les auteurs enregistraient leur activité électroencéphalographique pendant toute la réalisation de la tâche.

Résultats

Il est apparu qu'en cas de conflit dans l'orientation des flèches, les personnes dyslexiques commettent davantage d'erreurs que les bons lecteurs. Au niveau cérébral, cela se manifeste par une différence d'amplitude des composants évoqués très précoces (dès 100 millisecondes après la présentation du stimulus) entre le groupe des dyslexiques et le groupe contrôle.

Cela révèle un problème d'orientation de l'attention visuelle et de détection du conflit chez les personnes dyslexiques.

Anne Bonnefond, chercheuse à l'Université de Strasbourg

L'équipe de recherche veut maintenant déterminer en quoi ces déficits attentionnels sont spécifiques à la dyslexie. Elle veut comparer les sujets dyslexiques à d'autres populations présentant un retard de lecture moins important, communément appelées mauvais lecteurs.

« Cela pourrait permettre d'identifier des marqueurs de la dyslexie et d'améliorer la prise en charge de ce trouble en intégrant des exercices adaptés, par exemple pour entraîner l'attention visuospatiale », indique Anne Bonnefond.

Science