•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nombre record d'élus au défilé de la Fierté gaie

Pauline Marois accompagnée du maire de Montréal, Laurent Blanchard

Radio-Canada

L'arc-en-ciel était à l'honneur, cet après-midi, au centre-ville de Montréal, où le défilé de la Fierté gaie s'est déroulé en présence d'un nombre record d'élus.

Près de 200 000 spectateurs se sont massés le long du boulevard René-Lévesque pour regarder passer le coloré défilé.

Le cortège s'est mis en branle à 13 h à l'angle de la rue Guy et s'est dirigé vers l'est jusqu'à la rue Sanguinet. Un spectacle de clôture était ensuite organisé à la place Émilie-Gamelin

Des centaines d'équipes sportives, de groupes culturels et religieux, et des organisations gaies, lesbiennes, bisexuelles et transgenres ont participé au défilé, qui a fait du chemin depuis la première édition en 1979.

« C'est devenu un évènement familial [...] C'est fait dans le respect maintenant. On interdit la nudité, on veut que les gens soient respectueux des petites familles », a expliqué Éric Pineault, président de Fierté Montréal.

Le défilé avait une importance particulière, cette année, après la polémique suscitée par la nouvelle loi russe interdisant la « propagande homosexuelle ». Un citoyen russe qui défilait torse nu a admis qu'une telle démonstration serait « impossible » chez lui.

« C'est revendicateur, parce qu'il y a encore beaucoup de chemin à faire. Ici, on a de la chance, mais maintenant on fait notre travail pour les personnes qui n'en ont pas. Les gens en Russie, les gens en Afrique, les gens au Moyen-Orient qui peuvent aller en prison, qui peuvent être punis de châtiments physiques, d'amendes, c'est pour eux qu'on est là aujourd'hui », a poursuivi M. Pineault.

Participant russe

Un citoyen russe participe au déflé de la fierté gaie à Montréal, le 18 août 2013.

Les élus s'affichent

Les élections sont dans l'air au Québec, et pas moins de 49 élus ont assisté au défilé, un record. Plusieurs membres du gouvernement du Québec étaient sur place, dont Pauline Marois, une première pour un premier ministre québécois.

Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, était aussi au rendez-vous, tandis que la Coalition avenir Québec était représentée par les députés François Bonnardel et Nathalie Roy. La coporte-parole de Québec solidaire, Françoise David, a aussi pris part défilé.

Sur la scène fédérale, Thomas Mulcair et Justin Trudeau étaient sur place. « C'est important de célébrer la Fierté ici à Montréal et partout au pays. On envoie le message partout au monde où il y a plus d'intolérance », a déclaré le chef du Parti libéral du Canada, en faisant référence aux homosexuels de Russie.

Enfin, le maire de Montréal, Laurent Blanchard, était présent, de même que la plupart des candidats à l'élection municipale de novembre.

Si certains y voient de l'opportunisme politique, la présence des élus est appréciée d'une grande partie de la communauté gaie.

« Honnêtement, ils ne seraient pas là que ce serait insultant », estime un participant. « Pourquoi tu ne veux pas l'égalité de tes citoyens? Cela n'aurait aucun sens de ne pas avoir la présence des politiciens ».

« Ils veulent des votes de nous », poursuit une participante,  « Cela nous montre qu'on a du pouvoir ».

« Je pense que déjà, d'être ici, à la veille d'une campagne électorale, c'est se positionner politiquement [...] C'est très sain comme société d'avoir des politiciens de toutes allégeances [...] qui disent "nous, notre parti, on supporte la communauté" », se réjouit le porte-parole de l'évènement, Jasmin Roy.

Défilé de la Fierté

Défilé de la Fierté à Montréal, le 18 août 2013

 

Avec les informations de La Presse canadienne

Société