Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La langue à terre : un documentaire sur l'anglicisation au Québec présenté au FFM

« Hello/Bonjour »

Bilinguisme (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La question de l'anglicisation de Montréal et du Québec est au coeur du documentaire La langue à terre, réalisé par Jean-Pierre Roy avec l'aide de Michel Breton et présenté le jeudi 29 août au Festival des films du monde, à Montréal.

Les réalisateurs, se disant préoccupés par une « bilinguisation accélérée » du paysage visuel et sonore de Montréal, se sont interrogés sur les causes historiques et politiques de ce « glissement » linguistique.

Grâce à une enquête à laquelle ont participé le chanteur Biz de Loco Locass, Charles Castonguay, Josée Legault, Serge Bouchard, Bernard Landry, Yves Beauchemin, Pierre Curzi, Louise Beaudoin, Yves Michaud et Victor-Lévy Beaulieu, le film pose la question : « Comment en sommes-nous rendus là, après plus de 35 ans d'une loi 101 qui devait faire du français la langue commune du Québec? »

À l'aide d'entrevues avec des anglophones de souche et des immigrants, l'équipe du documentaire dit vouloir « casser la paix linguistique » qui prévaudrait au Québec depuis le référendum perdu de 1995.

La langue à terre s'intéresse également à la France, en interrogeant entre autres Bernard Pivot et Jean-Pierre Raffarin, et en se questionnant sur les répercussions de l'anglais sur la société française.

Jean-Pierre Roy a déjà réalisé plusieurs films à caractère engagé, dont Questions nationales, qui a été primé à Barcelone en 2009.

La Presse Canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !