•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

WikiLeaks : l'ex-soldat Manning exprime des regrets devant le tribunal militaire

Bradley Manning a exprimé des regrets, lors de son audience, mercredi 14 août.

Bradley Manning a exprimé des regrets, lors de son audience, mercredi 14 août.

Photo : AFP / MARK WILSON

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le soldat américain Bradley Manning a présenté mercredi ses excuses au tribunal militaire qui le juge pour avoir orchestré la plus grande fuite de documents diplomatiques de l'histoire des États-Unis par l'intermédiaire du site WikiLeaks, il y a trois ans.

« Je suis désolé d'avoir fait du mal à des gens. Je suis désolé d'avoir fait du tort aux États-Unis », a déclaré le soldat de 25 ans devant la cour martiale. « Je m'excuse pour le résultat inattendu de mes actes. Les trois dernières années m'ont beaucoup appris ». L'ex-agent du renseignement américain qui avait servi en Irak, s'est exprimé devant la juge Denise Lind, lors d'une audience destinée à fixer sa peine.

Bradley Manning risque 90 ans de prison pour avoir fourni plus de 700 000 documents classés secret à WikiLeaks, dont le fondateur, Julian Assange, s'est depuis réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres.

Ses avocats ont convoqué à la barre un psychologue de l'armée qui a témoigné du fait que le soldat avait été exposé à un stress intense et s'était senti isolé au sein de l'institution militaire en raison de son identité sexuelle confuse.

Bradley Manning a souffert de se trouver dans un « environnement hyper masculin » en Irak, a souligné le capitaine Michael Worsley, qui a suivi le soldat de décembre 2009 à mai 2010.

« J'aurais dû me battre davantage à l'intérieur du système. Malheureusement, je ne peux pas revenir en arrière et changer les choses », a de son côté déclaré Bradley Manning. « Je comprends que je dois payer le prix de mes décisions », a-t-il ajouté.

Selon un porte-parole de l'armée, le tribunal ne devrait pas prononcer sa sentence avant la semaine prochaine au plus tôt.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !