•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cœur de souris qui bat grâce à du tissu humain

Des cellules cardiaques

Des cellules cardiaques (archives)

Photo : Brigham & Women's Hospital

Radio-Canada

Un coeur de souris a été capable de se contracter et de battre à nouveau après qu'il eut été dépouillé de ses propres cellules. Celles-ci avaient préalablement été remplacées par des cellules souches pluripotentes induites (iPS), issues de peau humaine et reprogrammées pour obtenir des précurseurs de cellules cardiaques (MCPs).

Cette première mondiale, réalisée par le Dr Lei Yang et ses collègues de l'École de médecine de l'Université de Pittsburgh, marque un progrès vers la création d'organes personnalisés et que l'ont pourrait développer dans une structure tridimensionnelle servant à la transplantation.

Au Canada...

On estime à 70 000 le nombre de crises cardiaques à survenir chaque année. Cela représente une crise cardiaque toutes les 7 minutes.

Explications

Les cellules iPS sont des cellules matures reprogrammées afin de leur faire retrouver un état pratiquement embryonnaire, à partir duquel elles peuvent se développer en n'importe quelle sorte de cellule du corps.

Le muscle cardiaque revitaliséAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les nouvelles cellules cardiaques apparaissent (en rouge) et elles intègrent les cellules existantes (en vert).

Photo : UCL

Dans les présents travaux, les cellules obtenues ont recouvert la structure cardiaque d'un rongeur. Cette structure tridimensionnelle constitue une charpente de tissus inertes sur lequel les cellules viennent adhérer pour se développer et former du muscle cardiaque.

Ainsi, après vingt jours d'irrigation sanguine, l'organe reconstruit a commencé à battre au rythme de 40 à 50 battements par minute.

Le Dr Lei Yang, l'un des auteurs des travaux publiés dans la revue Nature Communications, reconnaît que la médecine est encore loin de faire un coeur humain entier.

La prochaine étape consistera, selon lui, à trouver le moyen d'obtenir des contractions suffisamment puissantes pour pomper le sang efficacement et pour reconstruire le stimulateur électrique naturel du coeur pour bien synchroniser les battements.

Nous apportons une nouvelle ressource de cellules, les MCPs dérivées d'iPS, pour l'avenir de l'ingénierie tissulaire cardiaque.

Dr Lei Yang

Cette percée pourrait aussi mener, dans un avenir plus rapproché, au remplacement d'un morceau de tissu endommagé par une crise cardiaque.

Une autre étude publiée dans la revue Biomaterials rapportait récemment une tentative de repeupler avec des cellules souches embryonnaires des coeurs de souris débarrassés de leurs propres cellules. Elle avait toutefois échoué à détecter une activité contractile et électrique dans les tissus ainsi formés.

Le saviez-vous?

En mai 2012, des chercheurs de l'Université McGill montraient que les fibres musculaires du coeur sont assemblées en hélices pour donner un maximum d'efficacité lors des contractions du muscle.

En juin 2011, des chercheurs britanniques annonçaient avoir réussi à transformer des cellules souches présentes dans le coeur adulte en muscle cardiaque.

Depuis 2010, des médecins du CHUM injectent des cellules souches directement dans le coeur de patients lors de chirurgies de pontages coronariens afin d'améliorer la guérison et la fonction de l'organe.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science