•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obama veut investir dans la lutte contre les pannes d'électricité

Une partie de l'île de Manhattan, New York, est plongée dans le noir, à la suite du passage de la tempête Sandy, le 29 octobre 2012
Une partie de l'île de Manhattan, New York, est plongée dans le noir, à la suite du passage de la tempête Sandy, le 29 octobre 2012 Photo: AFP / Allison Joyce
Radio-Canada

L'administration Obama veut s'attaquer aux coûts engendrés par les tempêtes et les ouragans de plus en plus puissants qui malmènent chaque année le réseau électrique américain.

Selon un report dévoilé lundi par la Maison-Blanche, les pannes d'électricité occasionnent des pertes annuelles évaluées entre 18 et 33 milliards de dollars pour l'économie américaine. Ces pertes peuvent plus que doubler lorsque frappent d'importants ouragans, comme Sandy, en 2012.

Les orages, les tempêtes et les blizzards qui frappent les États-Unis sont responsables de 58 % de toutes les pannes de courant depuis dix ans, est-il précisé, et de 87 % de toutes celles qui ont touché plus de 50 000 clients.

L'administration Obama estime que des investissements significatifs dans le réseau électrique américain vieillissant pourraient permettre d'importantes économies. Ils permettraient tout aussi de soulager quelque peu les usagers des inconvénients causés par le mauvais temps : il est estimé que ces derniers doivent composer en moyenne chaque année avec 112 minutes sans électricité.

D'après un professeur de génie électrique de l'Université du Minnesota, Massoud Amin, cité par Associated Press, des investissements annuels de 21 milliards de dollars pendant 20 ans pour moderniser le réseau permettraient des économies entre 79 et 94 milliards par année.

Le dévoilement du rapport survient presque dix ans, jour pour jour, après la gigantesque panne de courant qui, le 14 août 2003, frappait le nord-est des États-Unis, paralysant New York. La situation n'était revenue à la normale que 4 jours plus tard.

Avec les informations de Associated Press

Économie