•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des recherches « pancanadiennes » sur les pipelines

Oléoduc, pipeline
Un oléoduc Photo: iStockphoto

Au moins trois gouvernements et deux associations de l'industrie pétrolière s'associent pour améliorer les pipelines du Canada.

Le projet « Canadian Pipeline Technology Collaborative » s'apprête à être lancé, alors que trois projets d'oléoducs controversés font régulièrement les manchettes au pays.

Le groupe, qui se veut « pancanadien », désire développer de nouvelles technologies pour rendre les pipelines plus efficaces et sécuritaires. « Nous pensons que nous pouvons innover plus vite, » explique la présidente de l'Association canadienne de pipelines d'énergie (CEPA), Brenda Kenny.

Les recherches sont menées par l'Alberta, la Colombie-Britannique et le ministère des Ressources naturelles du Canada en collaboration avec l'Association canadienne des producteurs pétroliers et CEPA. La Saskatchewan pourrait aussi collaborer.

Le collectif, qui doit débuter ses activités à l'automne, devrait aussi inviter des universités, des groupes environnementalistes et des membres des Premières Nations à contribuer.

C'est l'agence provinciale Alberta Innovates qui a lancé l'idée.

Réponses aux critiques

L'industrie reconnaît que ces recherches sont mises sur pied au moment où plusieurs controverses émergent autour de projets de pipelines comme le Northern Gateway en Colombie-Britannique et en Alberta, Énergie Est qui traverserait six provinces et Keystone XL aux États-Unis.

Projet d'oléoduc Énergie Est de la pétrolière TranscanadaProjet d'oléoduc Énergie Est de la pétrolière Transcanada

Enbridge fait aussi face à un mouvement de résistance, avec sa proposition d'inverser le flux d'un pipeline.

Brenda Kenny affirme que le but de la recherche n'est pas de convaincre les États-Unis de donner le feu vert au projet Keystone XL, mais plutôt de prévenir la corrosion et de limiter les fuites de pétrole.

« Si des percées technologiques peuvent aider les gouvernements à se sentir mieux protégés, c'est parfait, » explique-t-elle. « Le but des recherches est cependant de s'assurer que l'innovation continue et que le potentiel des nouvelles technologies soit maximisé. »

Avec les informations de La Presse canadienne

Alberta

Énergies renouvelables