•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TransCanada: La résistance s'organise au Bas-Saint-Laurent

Les précisions d'Ariane Perron Langlois
Radio-Canada

L'opposition s'organise, et prend de plus en plus forme, contre le projet de pipeline Énergie Est de TransCanada.

Une foule de 150 personnes est venue entendre le plaidoyer des organisations écologistes jeudi soir à Mont-Carmel .

Steven Guilbeault et Geneviève-Aude Puskas d'Équiterre, et Kim Cornelissen, vice-présidente de l'Association de lutte contre la pollution atmosphérique, se sont tour à tour adressés aux citoyens.

TransCanada prévoit transporter du pétrole de l'Ouest canadien jusqu'au Nouveau-Brunswick en passant par le Kamouraska et le Témiscouata.

Cette première rencontre citoyenne a été organisée par des opposants.

Simon Côté est de ceux-là. Il ne veut pas d'un pipeline au Kamouraska.

Il souhaite mobiliser les gens de la région contre le projet de TransCanada.

« La rencontre de ce soir, c'est un premier pas. On espère que ça crée le début d'une mobilisation plus large », fait-il valoir.

Plusieurs citoyens abondent dans le même sens.

« On est tous concernés par le pétrole », affirme l'un d'eux.

« Je refuse d'être complice du saccage qui se fait en Alberta par l'exploitation des sables bitumineux », soutient une autre.

Les inquiétudes sont en effet très grandes dans la région, constate le député de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, François Lapointe.

null Photo : Radio-Canada

Le député affirme ne jamais ravoir reçu autant de courriels et d'appels téléphoniques provenant de commettants mal à l'aise face à ce projet.

« Ce dossier-là a créé plus de réactions dans mes bureaux que tout ce que j'ai connu depuis deux ans, en incluant de gros dossiers comme l'assurance-emploi », affirme le néodémocrate.

Un groupe plus structuré d'opposition a commencé à se former à l'issue de cette soirée.

Chez TransCanada, on rappelle qu'on a l'intention de rencontrer les citoyens à l'automne.

Mais, d'ici là, deux autres rencontres d'opposants au projet de pipeline sont prévues à L'Islet et Cabano.

D'après un reportage d'Ariane Perron-Langlois

Est du Québec

Politique