•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

NSA : 90 % d’administrateurs en moins pour mieux protéger ses secrets

Keith Alexander, directeur de la NSA, lors d'une conférence sur la cybersécurité à New York

Keith Alexander, directeur de la NSA, lors d'une conférence sur la cybersécurité à New York

Photo : AFP / Andrew Burton

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2013 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Agence de sécurité nationale américaine (NSA), en difficulté après la divulgation de documents secrets par son ancien consultant Edward Snowden, a annoncé jeudi son intention de supprimer 90 % de ses administrateurs de systèmes dans le but de réduire le nombre de personnes ayant accès à des informations sensibles.

La NSA est le service d'espionnage américain chargé de surveiller les communications électroniques étrangères. Son directeur, Keith Alexander, a expliqué lors d'une conférence à New York sur la cybersécurité que le renforcement de la sécurité serait réalisé grâce à l'automatisation d'une grande partie du travail.

« Ce que nous sommes en train de faire, pas assez vite il est vrai, c'est de réduire nos administrateurs de systèmes d'environ 90 % », a-t-il déclaré.

Edward Snowden, désormais réfugié en Russie, faisait partie du millier d'administrateurs de systèmes qui participaient à la gestion des réseaux de la NSA. Il a transmis au Washington Post et au Guardian des informations secrètes sur le programme PRISM de surveillance des communications par téléphone et par Internet.

En automatisant l'essentiel du travail effectué pour l'instant par des employés et des consultants extérieurs, les réseaux de la NSA seront « plus faciles à défendre et plus sûrs » tout en gagnant en rapidité, a assuré Keith Alexander, sans mentionner le nom de Snowden.

Keith Alexander envisage aussi de rendre obligatoire la présence de deux personnes pour l'accès à certaines données informatiques de la NSA.

Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !